Le droit au télétravail, l'augmentation des amendes pour atteinte à l'Environnement, la vaccination obligatoire des plus vulnérables... Quelles mesures accepteraient ou non les résidents ?

Dans l'actuel contexte pandémique à l'horizon incertain pour la société luxembourgeoise, les résidents ont-ils plutôt un sentiment de justice ou d'injustice ? Qu'est-ce qui les préoccupe le plus ? Les conséquences du covid ? La sécurité de leur emploi ou le logement ? Pour ou contre quelles mesures envisageables se prononcent-ils ?

Pile la moitié des électeurs sondés pensent que les choses se passent de manière juste dans notre société mais 7% y lisent une grande injustice, révèle ce 3e volet de notre enquête d'automne TNS Ilres réalisée pour RTL et le Wort.

Alors que l'évolution de la pandémie reste incertaine mais plafonne à un haut niveau (5 décès et 700 nouveaux cas jeudi), 53% des résidents s'opposeraient à une vaccination obligatoire des personnes vulnérables. Seuls 37% y seraient favorables.

La nouvelle apportera de l'eau au moulin du ministre de l'Education nationale, Claude Meisch (DP), 57% des Luxembourgeois souhaitent que les cours se poursuivent à l'école malgré le crise sanitaire. Un tiers des sondés sont contre ce choix gouvernemental.

Moins surprenant en cette période, l'idée de fixer désormais dans la loi le droit au télétravail, plairait à 60% des résidents. Un peu plus d'un quart sont contre.

Un lot de questions se rapporte aux mesures de taxation envisageables. La réponse est claire: les résidents s'opposent à 61% contre une augmentation des impôts en général. "Le seul type d'impôt qui est passé parmi toutes nos propositions est l'impôt sur la fortune", résume Tommy Klein de TNS Ilres. 62% des sondés sont favorables à une plus grande imposition des richesses.

En revanche, l'introduction d'un droit de succession en première ligne (75% contre) ou l'idée d'une plus grande taxation des entreprises (47% contre mais seulement 32% pour) ne passerait pas du tout.

Ce sondage fait surtout apparaître que si les Luxembourgeois "adhèrent volontiers aux mesures qui protègent l'Environnement, ils se montrent plus réticents à partir du moment où la mesure les concernerait directement", souligne Tommy Klein. Seuls 35% seraient pour une augmentation de 5 cents du litre de diesel ou d'essence à compter de 2021.

Les sondés sont très largement ouvert à l'introduction de la consigne pour les bouteilles en plastique. Tout comme ils sont 92% à plébisciter une augmentation des amendes des infractions qui portent atteinte à l'Environnement.

Autre enseignement de ce sondage: la légalisation de la consommation du cannabis récréatif plairait à 51% des personnes interrogées (36% sont contre). L'opinion n'a guère évoluée sur le sujet depuis le Politmonitor d'octobre 2019.

les résidents sont plus nombreux à être pour (45%) que contre (32%) le développement du réseau 5G.

LE PROBLEME DU LOGEMENT RESTE PRIORITAIRE

Covid-19 ou pas, l'accès au logement demeure en cet automne 2020 "la"priorité des résidents. 78% d'entre eux l'affirment, contre 82 % il y a un an. Trouver un logement à un prix abordable au Luxembourg est particulièrement une attente exprimée par les jeunes (84% des 18-24 ans), les personnes aux revenus les plus modestes (85% des salariés qui gagnent mois de 4.000 euros par mois) mais aussi de l'électorat de base du LSAP (83% des électeurs) et de Déi Gréng 82%).

La pandémie est l'autre grande préoccupation d'un résident sur sept. Dans son sillage, la peur de perdre son emploi a fait un bond en avant de 32 à 45% en comparaison à l'automne 2019 et l'avenir qui se dessine pour leurs enfants demeure un gros point d'interrogation pour beaucoup de Luxembourgeois.

A contrario, d'autres préoccupations sont passées au second rang.

Les détails sur la méthodologie du sondage sont à retrouver sur Alia.lu