Les personnes en marge de la société sont particulièrement touchées par la crise du coronavirus.

Une constatation également faite au Luxembourg par l'association "Stëmm vun der Strooss" ("La Voix de la Rue", NDLR) qui est passée de 70 à 130 personnes en moyenne par jour qui viennent prendre un repas chaud dans leurs locaux. Alexandra Oxacelay, directrice de l'association, n'est pas surprise:

"Les chiffres augmentent en général car la pauvreté gagne du terrain. La raison est très simple: de moins en moins de jobs pour les personnes qui ne sont pas diplômées, pour les personnes qui ne maîtrisent pas certaines langues ou pour les malades, ainsi que les personnes incapables physiquement de tenir huit heures par jour. S'ajoute à cela le manque de logements sociaux à un prix abordable pour les personnes dans le besoin. Nous ne sommes pas une île et donc nos services sont de plus en plus sollicités mais il est de plus en plus difficile de répondre à tous les besoins des gens cette année".

Comme toute organisation, l'Asbl doit adapter ses activités afin de respecter les mesures sanitaires. Les responsables profitent depuis la mi-septembre d'une pièce supplémentaire louée auprès de la maison des associations St-Joseph à Esch-sur-Alzette car leur bâtiment est trop petit pour pouvoir respecter les distances de sécurité.

OUVERTURE ANTICIPÉE DES DORTOIRS

En raison du couvre-feu instauré au Luxembourg depuis quelques jours, les dortoirs de l'association ont déjà ouvert leurs portes au Findel. Les nuits sont déjà parfois très froides, une chance de survie supplémentaire pour les sans-abris qui bénéficient ici d'un endroit sécurisé pour dormir.

Le reportage au Findel (en luxembourgeois) de RTL Télé Lëtzebuerg:

Wanteraktioun um Findel
Eng RTL-Ekipp war sech ukucken, wéi sech zu Corona-Zäiten um Findel ugepasst gouf.