C'est seulement la sixième Bâtonnière depuis que l'Ordre existe: Maître Valérie Dupong a présenté ses priorités pour les deux prochaines années.

Cette fois, nous sommes mieux préparés au Covid. Des mesures sanitaires strictes ont été prises dans la plupart des études, a déclaré Maître Valérie Dupong, la nouvelle Bâtonnière, mardi en fin de matinée à l'occasion de la conférence de presse de rentrée du Barreau. Des avocats auraient démissionné suite à la crise du coronavirus: "... ceux qui n'ont plus supporté cette insécurité! Parce qu'en tant qu'indépendant, vous n'avez aucune sécurité, vous dépendez du fait d'avoir des clients ou pas! Et je pense que cela en a découragé certains, peut-être ceux qui étaient plus jeunes ou qui travaillaient seuls. Mais je pense aussi que de jeunes juristes qui ont terminé leur formation et qui ont recherché un stage, un patron de stage, qu'ils ont eu plus de difficultés pour en trouver, car les études hésitent aussi un peu plus à embaucher, si elles n'ont aucune visibilité sur leurs finances dans les mois suivants!“

En ce qui concerne la situation sanitaire actuelle, la nouvelle Bâtonnière espère que les tribunaux ne vont pas fermer, car les plus petites études ou les avocats qui travaillent seuls, n'y survivraient peut-être pas.

Le Barreau compte actuellement plus de 3.000 avocats de 44 nationalités différentes.

Priorités pour les deux prochaines années

Parmi les priorités de la nouvelle Bâtonnière, la promotion et la défense des avocats, la progression et la modernisation de la profession, l'assistance, le service et la proximité.

L'année 2019 a été marquée par plus de 150 affaires disciplinaires. Certes le nombre d'affaires disciplinaires à l'encontre d'avocats est en hausse, mais il y a aussi aujourd'hui dix fois plus d'avocats que que quand elle a débuté sa carrière, précise la Bâtonnière. La majorité des avocats respectent d'ailleurs les règles de la profession. Maître Valérie Dupong s'est donné beaucoup de priorités pour son mandat à la tête du Barreau de Luxembourg, dont deux sur lesquelles elle a insisté:

„La première, c'est que nous nous concentrions sur les jeunes avocats, leurs besoins, afin de les aider et d'améliorer l'entrée dans la profession. L'autre priorité est de tendre la main, prêter l'oreille aux avocats qui sont en difficulté - il peut s'agir de difficultés financières, mais aussi de détresse psychologique, de burn-out, de personnes qui sont harcelées, il y en a aussi chez les avocats - pour continuer à les aider.“
La Bâtonnière souhaite - „évidemment“, comme elle le dit - s'engager pour la cause des femmes dans la profession:

„Dans ma profession, ce n'est pas toujours si simple pour les femmes (...). J'ai moi-même aussi quatre enfants une famille, une étude, je suis à présent Bâtonnière, et je sais ce que cela signifie!“