Vendredi, le Premier Ministre luxembourgeois a déclaré qu'il souhaitait, à l'avenir, mener un projet commun avec la Belgique et la Lorraine afin de former du personnel médical.

C'est peut-être une surprise vue de loin, mais le Luxembourg aussi manque de personnel médical en dépit de salaires plus attractifs que ceux octroyés dans les pays voisins. Vendredi, lors de l'annonce de nouvelles mesures anti-coronavirus, Xavier Bettel est revenu sur ce problème, en soulignant que 19 employés du corps médical manquaient actuellement à l'appel dans les rangs des hôpitaux du pays. "Nous savons que nous avons un manque de personnel médical, mais ce n'est pas seulement le cas au Luxembourg. C'est la même chose en Belgique et dans toute la Grande Région" a-t-il avancé.

"C'EST DANS L'INTÉRÊT DE TOUT LE MONDE"

"On entend souvent que le salaire (au Luxembourg, ndlr) est l'élément déterminant mais les conditions de travail et le matériel comptent énormément", a souligné le Premier ministre, prenant l'exemple d'une infirmière "choquée" que l'on puisse réduire l'intérêt des frontaliers travaillant dans le secteur médical à la simple dimension pécunière.

Xavier Bettel a ainsi avancé l'idée d'un projet commun de formation du personnel médical en Grande Région: "C'est dans l'intérêt de tout le monde. C'est un des projets que je devrai mener avec mes collègues belges et mes collègues en Lorraine."

Au passage, le Premier Ministre n'a pas caché que les hôpitaux du pays allaient peut-être passer en phase 3 si le nombre de nouveaux cas ne diminuait pas et que le personnel hospitalier continuait à manquer. "Chaque hôpital se réfère à son propre plan, en fonction du nombre de lits dont il dispose. Un hôpital pourrait donc déjà se trouver en phase 3", a-t-il précisé. "Mais à chaque fois qu'il est question d'évoluer vers une nouvelle phase, la décision est prise en cellule de crise."

Si les hôpitaux sont encore en phase 2 actuellement, "on ne peut pas exclure le fait que l'on risque de passer en phase 3" a affirmé Xavier Bettel.

Cela impliquerait des recrutements supplémentaires, "ce qui est prévu". "Il reste à déterminer le nombre d'employés nécessaires en phase 3. Il faut examiner les besoins dans les détails. Nous avons des réunions prévues pour évoquer tout cela. Soixante-dix personnes ont déjà été engagées" a précisé le Premier Ministre.