D'ici à 2025, 50 pourcents des déchets en plastique devront être recyclés.

Une décision prise au niveau européen et qui a été introduite dans la législation luxembourgeoise. Selon Valorlux, 59 pourcents des emballages en plastique ont été recyclés en 2019, mais les critères du recyclage vont être renforcés à l'avenir. Il ne faut pas non plus oublier les 19.500 tonnes de plastique qui se sont retrouvées dans la poubelle des ordures ménagères, un effort doit encore être fourni au Luxembourg.

Comment va se traduire cet effort? Ce n'est pas encore tout à fait clair. Un deuxième projet pilote est en train d'élargir le sac bleu Valorlux afin de pouvoir y déposer plus de produits en plastique. Selon le bureau d'études qui supervise le projet, la collecte est plus efficace lorsque l'on va chercher les déchets chez les gens alors que les résultats du dépôt aux centres de recyclage ne sont pas aussi satisfaisants. La collecte en porte-à-porte doit donc être renforcée.

Une autre idée stipule également l'élargissement des centres de recyclage à travers le pays afin d'inciter davantage les citoyens à y déposer leurs déchets en plastique. Mais le directeur de Valorlux ne voit pas cette idée d'un bon œil. Selon lui, 10.000 tonnes sont collectées en porte-à-porte alors que les différents centres arrivent à 1.000 tonnes, il faudrait donc multiplier la capacité des centres de recyclage par dix afin d'arriver au même résultat, sans oublier que cela représente plus de moyens investis pour les citoyens et que de nombreuses personnes ne sont pas motivées à fournir cet effort supplémentaire.

La ministre de l'Environnement semble néanmoins favoriser la solution des centres de recyclage, car la séparation des matériaux doit être faite de manière sérieuse grâce à des infrastructures correctement équipées. Carole Dieschbourg est d'avis que la collaboration doit se faire avec les communes, afin de contrôler ce qui est collecté, comment se passe la collecte et l'accessibilité des centres avec des horaires adaptés aux citoyens.

En plus de la capacité des centres, le directeur de Valorlux souligne également l'évolution des critères du recyclage qui vont devenir de plus en plus stricts à l'avenir. Selon lui, il faudra collecter et recycler encore plus si le Luxembourg souhaite atteindre les taux imposés par l'Europe.

En se basant sur le fait qu'en 2018, 17 pourcents des déchets ménagers étaient des emballages en plastique qui auraient pu être recyclés, le Luxembourg peut encore se donner toutes les chances de réussir, que ce soit avec le porte-à-porte ou dans les centres de recyclage qui se différencient non seulement par leur capacité mais également par leur qualité.