Depuis sept mois, le Covid-19 nous tient en haleine et la pandémie touche avant tout les personnes vulnérables.

Les maisons de retraite et de soins ont dû réagir rapidement pour maîtriser la propagation du virus autant que faire se peut. De l'argent a été débloqué pour financer des mesures de protection.

110 personnes vivent dans la centre de soins Servior à Diekirch. Leur moyenne d'âge est de 88 ans.

Les patients atteints de démence sont pris en charge au cinquième étage, ils sont 16 en tout. Pour des motifs cognitifs, ils ne peuvent pas porter de masque, ils sont donc encadrés par une équipe qui ne se consacre qu'à eux.

Ce sont plus de 20 employés qui s'occupent de ces personnes démentes. A cause de la pandémie, tant les patients de cet étage que le personnel qui s'en occupe, n'ont aucun contact avec le reste de l'établissement.

Dans le centre de soins, tout le monde travaille en portant un masque, notamment dans les cuisines. Le personnel en charge du service au restaurant respecte des mesures d'hygiène strictes. Afin de lutter contre la propagation du virus, de nouvelles mesures ont été prises, notamment la mise en place de deux services pour les repas.

Un espace provisoire a été aménagé dans le restaurant, afin que les familles des résidents puissent malgré tout voir régulièrement leurs proches.

La pandémie de Covid-19 a fait bondir les frais dans les maisons de retraite et de soins. Il est question ici d'un million d'euros de dépenses supplémentaires.

A ce jour, aucun pensionnaire du centre de soins de Diekirch n'a été infecté par le coronavirus.

Le reportage en langue luxembourgeoise: