La Suisse a étendu vendredi sa liste des destinations à risque à une quinzaine de pays dont dix européens, notamment la Belgique, le Royaume Uni et le Portugal mais aussi le Luxembourg, face à la résurgence de la pandémie.

A compter de lundi, les personnes revenant de ces régions devront se placer en quarantaine pendant dix jours à leur arrivée en Suisse.

A la mi-septembre, le gouvernement suisse avait déjà placé neuf régions métropolitaines françaises sur cette liste rouge. Désormais, toutes les régions françaises, à l'exception des régions frontalières pour lesquelles la Suisse fait une exception, y figurent.

La Suisse, qui considère à risque toute région où le nombre de nouvelles infections au Covid-19 dépasse le plafond de 60 cas pour 100.000 habitants sur 14 jours, a également étendu sa liste à deux nouvelles régions autrichiennes (Basse-Autriche et Haute-Autriche) - Vienne y figurant depuis la mi-septembre - et à la région de Ligurie en Italie.

Le gouvernement a aussi inclus la Belgique, le Danemark, la Grande-Bretagne, la Hongrie, l'Irlande, l'Islande, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovénie, l'Equateur, la Jamaïque, le Maroc, le Népal et Oman.

Le Kosovo et Saint-Marin ont en revanche été retirés de la liste.

Comme il n'y a pas de contrôle systématique aux frontières, le gouvernement mise "sur la responsabilité individuelle" pour respecter les consignes. Les tricheurs risquent une amende allant jusqu'à 10.000 francs suisses, environ 9.300 euros.

La Suisse, qui compte quelque 8,5 millions d'habitants, a été relativement épargnée par la première vague du coronavirus malgré sa proximité avec l'Italie, qui fut l'épicentre de l'épidémie en Europe il y a quelques mois. Comme d'autres pays européens, elle connaît depuis plusieurs semaines une recrudescence des cas de Covid-19.