Le secteur hôtelier est l'un des plus touchés par la crise, surtout les établissements situés autour de la capitale qui vivent des affaires.

Les hôtels spécialisés dans les séjours d'affaires comptent en moyenne un tiers de touristes et deux tiers de femmes et d'hommes d'affaires. Les réservations de ces derniers ont pratiquement toutes été annulées en raison du confinement, comme nous l'a confié le patron de l'Hôtel Christophe Colomb situé dans la rue d'Anvers. Par rapport à 2019, des pertes se situant entre 60 et 80 pourcents ont été enregistrées ces derniers mois.

Les patrons d'établissements plus petits arrivent encore à survivre s'ils sont propriétaires du bâtiment. Les autres qui doivent payer un loyer ont la vie dure. Les aides financières de l’État, avec le chômage partiel, ne sont pas négligeables mais il faudrait pouvoir prévoir la suite des événements après le mois de décembre, selon le secrétaire général de l'Horesca François Koepp. Une fois que le chômage partiel sera terminé, beaucoup de personnes se retrouveront probablement sans emploi.

Le secteur hôtelier s'attend à une période plus compliquée pendant plusieurs mois, un retour à la situation de 2019 n'est pas prévu avant au moins deux à trois ans. Le classement du Luxembourg en territoire à risque ne facilite pas la vie des établissements, en attente d'arrivées depuis l'étranger.