Samedi, le lutteur Navid Afkari, âgé de 27 ans, a été exécuté à la prison de Chiraz en Iran.

Il était accusé d'avoir tué un agent de sécurité en 2018 lors d'une manifestation de protestation contre la situation économique et politique en Iran. Selon des organisations humanitaires, ses aveux lui avaient été extorqués sous la torture.

Une campagne internationale de soutien au jeune homme, "Sauvez Navid Afkari", avait été lancée. Même le Président américain, Donald Trump, avait sommé dans un tweet l'Iran de ne pas procéder à l'exécution.

Dans un communiqué, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, vient de réagir en condamnant l'exécution de Navid Afkari. Il rappelle l'importance de la liberté de manifestation et de la liberté d'expression. "La peine de mort est un châtiment cruel, injuste et inhumain," écrit Jean Asselborn. L'objectif du Luxembourg reste son abolition universelle.

© AFP/JUSTIN TALLIS