La Banque centrale du Luxembourg a noté un durcissement des conditions de prêt pour un achat de logement cette année.

Le marché de l'immobilier luxembourgeois, déjà très concurrentiel et surtout relevé par l'envolée des prix, ne semble pas devenir plus accessible.

En dépit d'une hausse de 2,658 milliards d'euros des prêts immobiliers accordés par les banques luxembourgeoises aux résidents entre mars 2019 et mars 2020 et malgré la baisse progressive des taux d'intérêt, les conditions d'achat semblent devenir plus complexes.

Dans sa revue 2020 de "Stabilité Financière", publiée fin juillet, la Banque centrale du Luxembourg note que "les critères d’octroi se sont durcis" au 1er trimestre de l'année concernant les prêts dédiés à l'habitat. "Les banques ont souligné une détérioration des risques liés au marché du logement, une dégradation de la solvabilité de l’emprunteur et une diminution de leur tolérance au risque." Elle note que seule la concurrence entre banques a permis de compenser un peu ce durcissement.

La BCL détaille que les banques ont augmenté leurs marges sur les prêts risqués et leurs demandes de garanties. Elles ont également diminué les montants des prêts accordés, leur durée et leur quotité d'emprunt (le niveau d'assurance d'un prêt, ndlr).

Pour le 2e trimestre 2020, les banques du Luxembourg (et celle de la zone euro) s'attendaient "à un durcissement de leurs critères d’octroi pour les prêts immobiliers aux ménages".

Est-ce la faute du coronavirus? Difficile à dire. D'après la BCL, les dernières données disponibles remontent à mars 2020, au début de la crise donc. Elles "n’ont pas permis d’analyser en détail l’impact éventuel de la crise sanitaire sur le secteur financier". Il est probable que ses effets soient ressentis sur plusieurs années. Ses conséquences ne pourront donc être mesurées que plus tard.

Ces derniers mois, les taux d'emprunt sur dix ans ou plus pour un achat immobilier ont tout de même poursuivi leur recul. Pour un crédit à taux fixe, les prêts accordés par les banques luxembourgeoises étaient assortis d'un taux moyen de 1,37% au mois de mai, contre 1,44% au mois de février et 1,71% en février 2019.