Les affaires de contrevenants consommant des contenus pédopornographiques se multiplient au Luxembourg. Hélas, on déplore aussi une part inquiétante de jeunes qui accèdent à ces contenus.

Dans les tribunaux, le nombre d'affaires liées à la consultation ou à la détention de matériel pédopornographique est en augmentation. Auparavant, il y avait une quarantaine d'affaires par an. Cette année, 72 cas ont déjà été dénombrés. La tendance est définitivement à la hausse, a déclaré David Lentz, le Procureur d'Etat adjoint, jeudi matin sur RTL.

Internet a simplifié l'accès à la pédopornographie. Beaucoup de gens sont insouciants et les parents ne contrôlent pas toujours ce que font leurs enfants.

En effet, un tiers des auteurs d'infractions de ce type, sont mineurs. C'est effrayant, selon David Lentz. L'accès à internet facilite la possession d'images pédopornographiques. Certains ne réfléchissent pas, d'autres peuvent déjà avoir une addiction qui les incite à aller regarder ce genre de choses. Il y a peu, la police a mené 46 perquisitions au domicile de suspects. Des milliers de photos doivent à présent être analysées, ce qui prendra encore beaucoup de temps. Chaque image est analysée afin d'identifier une éventuelle victime.

Il n'existe pas de profil spécifique du consommateur de matériel pédopornographique. Cela peut être n'importe qui.

A propos du droit à l'oubli, le Procureur d'Etat adjoint a déclaré que c'est un "coup de poing en plein visage" pour les victimes.