La victime présentait huit blessures à la tête. Elle avait dû être opérée d'urgence et elle était restée longtemps entre la vie et la mort. Elle avait passé 21 jours dans le coma et quatre mois en congé maladie.

Un homme de 41 ans comparaît depuis mardi matin devant le Tribunal de Luxembourg pour tentative de meurtre.

Il est poursuivi pour avoir, en novembre 2018 à Esch, frappé une jeune femme au moins huit fois à la tête avec un marteau. Mardi matin, la victime a été entendue par vidéoconférence.
Lors de son audition, la jeune femme a déclaré que l'accusé avait eu une affaire avec sa mère pendant des années. Mais cette dernière avait porté plainte contre lui après un incident survenu en septembre 2018. Ce matin-là, l'homme en avait parlé avec la future victime à Luxembourg-Ville. La fille avait dit qu'elle ne retirerait pas la plainte. Ensuite, elle ne l'avait plus revu et avait pris le bus pour Esch. Quand elle était descendue du bus, elle l'avait vu à l'avant et avait pris peur. Après être sortie, elle avait traversé la rue sur un passage protégé et ensuite, elle se souvenait seulement d'être tombée sur le sol. A partir de là, elle ne savait plus rien.

Aujourd'hui encore, elle souffre de maux de tête et de vertiges. Elle ne peut plus travailler comme avant.

Le prévenu a raconté que ce jour-là, il était sous l'effet de stupéfiants et qu'il voulait discuter avec la mère. Mais il avait seulement eu une discussion avec la fille, qui avait manqué de respect envers lui. Cela l'avait perturbé au point qu'il avait aussi pris le bus pour Esch. Il voulait s'y procurer de la drogue et pas attaquer la jeune femme. Quand elle était descendue du bus, elle l'avait regardé méchamment. Il avait alors perdu le contrôle de lui-même et s'était saisi du marteau. Il ne pouvait pas s'expliquer ce "moment de folie", sinon par le fait qu'il n'était pas dans un état normal. Son acte n'était cependant pas excusable.

Deux policiers ont encore précisé que la jeune femme avait été attaquée par derrière. L'accusé l'avait frappée une première fois, puis il était parti avant de revenir pour la frapper à nouveau. La victime était couverte de sang, mais elle avait malgré tout tenté de se dégager parce qu'elle voulait se rendre à son travail.

Ce procès pourrait se terminer mercredi.