Mardi matin, les députés de la Commission des Institutions et de la Révision constitutionnelle se sont penchés sur la mise en oeuvre du "rapport Waringo".

À la demande des députés CSV, la Commission avait invité le Premier ministre, Xavier Bettel, à faire le point sur la mise en oeuvre des recommandations du rapport sur la gestion financière et budgétaire de la Cour grand-ducale, le fameux rapport Waringo.

"Je vais être franc: à cause du coronavirus, la Cour grand-ducale n'a pas été ma première priorité ces derniers mois," a déclaré le Premier ministre, Xavier Bettel, après la réunion de la Commission parlementaire des Institutions.

Les travaux sont cependant en cours et à ce jour, une douzaine de réunions ont déjà eu lieu entre les différentes administrations, le Premier Ministre et les services de la Cour, afin d'examiner comment mettre en oeuvre la transparence recommandée dans le rapport. Selon le Premier ministre, l'objectif est clair: renforcer l'institution.

Le budget de la Cour pour 2021 est en cours d'élaboration, il devrait être prêt à l'automne. Ce budget prendra en compte les activités officielles de la Cour grand-ducale, car le rapport Waringo recommande notamment la séparation des activités officielles effectuées par le Chef de l’État et financées par les contribuables, des activités d’ordre privé. Pour Xavier Bettel, il est essentiel que ce budget soit "transparent, clair et précis".

La liste civile du Grand-Duc sera quant à elle traitée dans les travaux liés à la révision du texte actuel de la Constitution.

Depuis le 1er juin, le poste de Maréchale de la Cour est occupé par madame Yuriko Backes, avec qui le Premier ministre travaille en bonne collaboration, a-t-il affirmé. De manière générale, le personnel travaillant pour la Cour grand-ducale devra être rattachée à la Fonction publique. À l’avenir, l’objectif étant de traiter le "Maréchalat" comme une administration étatique.

Une partie de la séance de mardi matin, s'est déroulée à huis-clos. Y a-t-il été question du récent incident pour lequel le ministre d'Etat a dû intervenir auprès de la Cour, afin d'éviter le licenciement du chef de cabinet, Michel Heintz? Cela reste de l'ordre de la spéculation.

Pour le député CSV,  Léon Gloden, il subsiste une série de questions à clarifier, notamment sur les règles budgétaires ou sur le texte de l'arrêté sur la maison grand-ducale. Le Premier ministre a promis que ces points seraient examinés en septembre.