Au Luxembourg, les seniors travaillent peu... et ne le vivent pas mieux pour autant! C'est la conclusion surprenante d'une étude réalisée par le Liser.

Le Luxembourg n'a pas le choix: il va devoir faire travailler davantage ses seniors. Pourquoi? Parce que la population vieillit, que l'espérance de vie augmente tandis que la natalité diminue, rappelle le Liser (Luxembourg institute of socio-economic research). Bref, pour payer les retraites des futurs pensionnés, il faut que ceux qui sont encore en âge de travailler relèvent leurs manches. D'ailleurs le Luxembourg "fait de la participation à l’emploi des seniors (les travailleurs de 50 ans et plus) une priorité nationale."

En 1994, on ne comptait que 11% de travailleurs âgés de 50 ans et plus dans les entreprises au Luxembourg. En 2018, ce groupe d’âge a grimpé à 25%. Par ailleurs, le taux d’emploi de la population âgée de 55 à 64 ans au Luxembourg n’était que de 39,8% en 2017, bien en dessous de l’objectif de 50% fixé par l’OCDE. Ce n'est donc pas gagné d'avance!

Autre conclusion étonnante de cette étude, les seniors en préretraite ou inactifs ne couleraient pas forcément des jours heureux! "L’analyse montre que les seniors actifs sont en meilleure santé que les seniors non actifs" écrit le Liser. "L'hypothèse sous-jacente est que les seniors qui se sentent heureux au travail et en bonne santé quittent moins souvent leur entreprise ou se tournent moins fréquemment vers des dispositifs de préretraite."

LE TRAVAIL, C'EST LA SANTÉ?

Mais la réalité est évidemment plus complexe. Pour ces seniors, "Lorsqu’ils travaillent, l’âge joue en leur défaveur, car leur état de santé est moins bon que celui des plus jeunes et, par ailleurs, ils sont plus sujets à des maladies chroniques que leurs cadets."

L ́analyse montre également que "si une large majorité des seniors actifs sont satisfaits au travail, le stress intense est également très présent parmi eux", en particulier à cause les discriminations et le harcèlement moral.

Bref, conclut le Liser, "Le bien-être et la santé ne sont pas seulement un enjeu altruiste pour les seniors en emploi, mais sont également un enjeu économique pour les entreprises et les autorités publiques. Assurer le bien-être et la santé des seniors revient à réduire l’absentéisme, à les retenir en emploi, à les désinciter à partir en préretraite, à réduire les risques élevés pour la santé et, ainsi, à réduire le coût des soins de santé et améliorer leur productivité."