Le Memorandum of Understanding entre le gouvernement et Google concernant la construction d'un centre de données à Bissen sera débattu la semaine prochaine.

Ce débat se déroulera à huis clos. Vendredi, le Premier ministre Xavier Bettel a déclaré suite à une réunion avec les représentants des fractions à la Chambre qu'il acceptait les doléances du parlement afin d'analyser l'accord de principe avec le géant du net américain. Cependant, Google se réserve le droit de tenir secrets certains éléments de l'accord avant le débat.

CSV, ADR, Déi Lénk et les Pirates ont salué la possibilité qui leur était donnée de pouvoir avoir accès au protocole d'entente à l'issue de la réunion de vendredi. Il s'agit d'une fonction de contrôle essentielle de la Chambre des députés.

L'opposition est d'accord que certains éléments confidentiels le restent après une session parlementaire. Il n'est cependant pas question de se mettre une muselière, selon le député Laurent Mosar (CSV) appuyé par les députés Gast Giberyen (ADR), Marc Baum (Déi Lénk) et Sven Clement (Pirates) mais également Mars Di Bartolomeo (LSAP).

Le député socialiste a répondu aux questions des journalistes avec ses collègues de l'opposition afin de faire comprendre au public qu'il ne s'agit pas d'un combat entre majorité et opposition. Il a évoqué des pistes qui permettraient à la Chambre de réguler l'accès à certains accords entre le gouvernement et d'autres États ou investisseurs.

Le Premier ministre a quant à lui préféré avertir que "toutes les activités privées désireuses de s'installer au Luxembourg ne pourraient pas être débattues sur la place publique, sinon on pourrait fermer le pays".

Les discussions concernant l'utilisation des accords entre le gouvernement et les sociétés privées sont d'ailleurs loin d'être conclues. Une procédure judiciaire est encore en cours suite à la demande des Pirates afin d'avoir accès à la totalité du contrat de concession entre l’État, la Clt-Ufa, RTL Group et Bertelsmann.