Le Statec a analysé 11.500 bilans de société luxembourgeoise, rassemblés à la Centrale des bilans depuis 2011

Depuis 2011, les sociétés luxembourgeoises doivent fournir des informations sur leurs comptes à la Centrale des bilans.

Le Statec a calculé combien de temps les sociétés peuvent financer leurs dépenses fixes sans toucher aux actifs immobilisés, comme un bâtiment ou des équipements, ou sans avoir recours à des sources financières externes, comme un prêt.

Le Statec a mis en évidence des disparités importantes: ainsi les restaurants étaient capables de tenir pendant un mois en 2018, alors que les sociétés industrielles pouvaient s'en sortir pendant huit mois.

Cet indicateur s'avère important pendant la crise, où certaines sociétés ont dû fermer pendant deux mois.

© STATEC

Les plus grandes réserves se trouvent dans l'industrie de matières premières, dans l'énergie ou encore dans la gestion de l'eau ou des déchets. Ces différents secteurs pourraient tenir huit mois sans rentrées financières.

Les entreprises actives dans le secteur financier, immobilier, dans les sciences spécialisées ou les services techniques ont une résistance de six mois.

Les restaurants sont les plus vulnérables, tout comme l'industrie des services, les petits commerces et les garages. Ces structures ont en moyenne assez de liquidité pour tenir entre un à deux mois.