Les jeunes sont souvent confrontés à une situation financière compliquée après la suspension des jobs d'étudiants pendant la crise.

Des aides financières sont prévues malgré la fermeture de l'université ou s'ils se trouvent dans un autre pays que celui dans lequel ils suivent leurs cours. Les étudiants ne seront pas abandonnés par l’État, c'est en tout cas ce qu'a précisé Claude Meisch, le ministre de l’Éducation lors d'un point presse.

Les conditions pour obtenir une bourse ou un prêt du Cedies seront adaptées à la situation actuelle et des solutions seront trouvées afin de venir en aides aux étudiants dans le besoin, qu'ils se trouvent au Luxembourg ou à l'étranger.

L'ACEL (Association des cercles d'étudiants luxembourgeois) est également en contact avec le Cedies afin de trouver des solutions rapides, car une aide qui tomberait dans six mois n'aurait aucun intérêt, selon son président Sven Bettendorf.
Le Cedies a pour sa part précisé qu'il n'y aurait pas de réduction d'aides ou de bourses, malgré l'interruption des cours. Les étudiants qui ne pourraient pas valider assez de ECTS (Système européen de transfert et d'accumulation de crédits) peuvent demander une attestation auprès de leur université pour la prochaine demande auprès du Cedies.

Des décisions concernant l'évolution de la situation pour les semestres hivernaux seront prises avant le 1er août, date du début de la prochaine année académique.