Les enseignants et parents gèrent plutôt bien l'apprentissage à distance, si l'on en croit un sondage du ministère de l'éducation nationale.

Le 30 mars 2020, le ministère de l’Éducation nationale a lancé un sondage auprès des enseignants et des parents d’élèves en vue d’un retour d’expériences sur l’apprentissage à distance mis en place depuis le début de la période de suspension des cours, le 16 mars.

En deux jours, plus de 17 000 personnes, 4 265 enseignants et 12 945 parents, ont participé au sondage. "Il en ressort qu’une grande majorité des enseignants et des parents se sont bien accommodés à l’enseignement et à l’apprentissage à distance et qu’ils arrivent bien à gérer cette situation" écrit le ministère.

De même, 87% des parents qui ont répondu au sondage disent maîtriser le défi posé par cette nouvelle situation d’apprentissage.

PEU DE PARENTS SE PLAIGNENT

13% des parents affirment avoir des difficultés (parmi eux, 50% avancent un manque de temps, 33% un manque de connaissances, 9% un manque de matériel informatique et 8% un manque d’informations).

Selon le sondage, les élèves travaillent en moyenne 3,60 heures par jour ; les parents investissent en moyenne 2,30 heures par jour pour les accompagner dans ces apprentissages. L’apprentissage à distance, une percée numérique La situation actuelle a déclenché une véritable dynamique dans les efforts de digitalisation de l’apprentissage.

La grande majorité des enseignants a recours à des outils numériques pour communiquer avec leurs élèves et avec les parents. Selon les réponses des enseignants, plus de 90% ont recours au courrier électronique ou à des plateformes digitales. Les enseignants travaillent en équipe Une majorité des enseignants, soit 56%, se concertent pour échanger leurs expériences et organiser l’enseignement à distance dans les meilleures conditions possibles.

Plus de 7 000 remarques et suggestions concrètes ont été introduites par les enseignants ainsi que les parents à travers les questions ouvertes du sondage. Celles-ci seront prises en compte dans la planification des semaines à venir, conclut le ministère.