"Le trafic des travailleurs frontaliers est une bouée de sauvetage pour le Luxembourg" a rappelé le premier ministre luxembourgeois, qui craint que la crise sanitaire provoque des dommages irréparables pour l'UE.

Jeudi, Xavier Bettel a noté que les mesures restrictives introduites dans certaines parties de l'UE risquent d'avoir un impact grave - et peut-être irréparable - sur le fonctionnement de l'UE, du marché unique et de l'espace Schengen.

"Le trafic transfrontalier des travailleurs frontaliers et des marchandises est une bouée de sauvetage pour le Luxembourg et de nombreux autres États membres. Toute mesure introduite aux frontières intérieures de l'UE doit veiller à au moins permettre le transit sans entrave des travailleurs frontaliers, du rapatriement des citoyens, des fournitures médicales essentielles et des biens essentiels" a plaidé le Premier ministre lors de son intervention durant la vidéo conférence.

Le 26 mars 2020, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel participait en effet à une vidéoconférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne, dont l'ordre du jour était consacré au combat contre l'épidémie du COVID-19.

ASSELBORN: IL FAUT "RÉTABLIR SCHENGEN"

Lors de son intervention, le Premier ministre Xavier Bettel s'est prononcé en faveur d'actions fortes afin de soutenir l'économie dans les États membres de l'Union européenne.

Il a notamment plaidé pour un instrument commun d'émission de dettes: "Aucun pays ne doit être laissé seul face aux conséquences de la crise Covid-19. Nous pouvons et devons faire plus, en particulier en tant qu'États membres de cette Union, et nous devons faire preuve collectivement d'ambition et de solidarité afin de trouver une réponse coordonnée".

Dans cette période troublée, la vie des résidents au Luxembourg est particulièrement tributaire du transit sans entraves des travailleurs frontaliers, des citoyens rapatriés, des fournitures médicales indispensables et des biens de première nécessité, rappelait justement le ministère des Affaires étrangères Jean Asselborn dans son communiqué à l'occasion du 25e anniversaire de l'entrée en vigueur des accords de Schengen. Il appelait "à rétablir Schengen dans les meilleurs délais. La réintroduction de contrôles aux frontières communes entre certains pays ne peut être que ponctuelle et temporaire et elle doit se faire en conformité avec les traités."