Trois ministres ont présenté les détails du programme de stabilisation mis en place pour soutenir l'économie luxembourgeoise. 8,8 milliards d'euros lui sont consacrés.

"Une réponse massive à une crise sans précédent" pour Franz Fayot, ministre de l'Économie. "Un soutien à tous, y compris les plus vulnérables", pour Lex Delles qui a en charge les Classes moyennes et le Tourisme. "Des mesures exceptionnelles", pour Pierre Gramegna, aux Finances.

Les superlatifs vont bon train pour annoncer un plan à 8,8 milliards d'euros, soit un peu moins de 15% du PIB luxembourgeois.

Trois catégories d'aides sont prévues:

  • Des dépenses immédiates: chômage partiel (1 milliard), aides aux TPE et aux indépendants (50 millions), minimes (300 millions), congé pour raison familiale (200 millions par mois)

  • Des reports: de taxes indirectes (300 millions) et de cotisations sociales (3 milliards).

  • Garantie de l'État: garantie d'un montant de 2,5 milliards d'euros pour assurer le financement de l'économie d'ici la fin de l'année à travers un moratoire des crédits bancaires, des garanties de la SNCI du cautionnement.

    [block type="attachment" id="67158793" __caption="pacte de stabilisation Covid-19 "]

    QUELQUES EXEMPLES

    Une des mesures les plus coûteuse est le chômage partiel "une aide indispensable pour les salariés et les entreprises", selon Franz Fayot qui a parlé de "changement de paradigme" pour expliquer que des avances pourraient être demandées par les entreprises.

    Quelque 8.000 dossiers ont été déposés et sont traités "le plus facilement et le plus rapidement possible" pour accéder aux demandes. "Les contrôles seront effectués à posteriori", a annoncé Xavier Bettel.

    Une aide financière non-remboursable de 5.000 euros est offerte aux toutes petites entreprises (moins de neuf salariés) et aux indépendants qui ont dû cesser leur activité ou la voit considérablement ralentie (coiffeurs, restaurants, architectes...). Là aussi, la facilité administrative doit être de mise pour permettre un paiement rapide.

    Une aide financière d’un montant maximum de 500.000 euros sous forme d’avance remboursable pour couvrir les frais de fonctionnement est accessible à toutes les entreprises quelle que soit leur taille, ainsi qu'aux indépendants.

    Un moratoire est accordé par certaines banques sur le remboursement des prêts existants, y compris sur les intérêts.

    D'autres mesures comme les annulations des avances en matière d’impôt pour les deux premiers trimestres de 2020, le remboursement anticipé de la TVA, le report du paiement (sans intérêts) de l’impôt ou la souplesse en matière de la gestion de la trésorerie et du paiement des cotisations sociales... avaient déjà été annoncés.

    Avec cet ensemble de mesures, le gouvernement espère "ne laisser personne sur le carreau" et annonce déjà prévoir de remettre la main au portefeuille si la crise perdure.