Chaque jour, de nombreuses personnes appellent les pharmacies pour demander de la chloroquine ou son cousin, l'hydroxy-chloroquine, connu sous le nom de Plaquenil.

L'information a été confirmée par le président du syndicat des pharmaciens luxembourgeois, Alain de Bourcy.

Ces gens sont tous éconduits car ce médicament, qui est principalement prescrit pour des maladies rhumatismales au Luxembourg, n'est disponible pour l'instant chez aucun pharmacien ni grossiste.

Il s'agit d'un médicament antipaludéen qui n'est fourni que sur prescription médicale et qui était peu vendu sur le marché avant l'apparition du coronavirus: quatre à cinq boîtes par pharmacie chaque mois, "estimation haute", explique Alain de Bourcy.

"Il est important de dire que la chloroquine et l'hydroxy-chloroquine sont des médicaments puissants qui peuvent avoir des effets secondaires sur la numération sanguine, sur la glycémie. Ce n'est donc pas un médicament qu'on peut acheter ainsi et dire „si je commence à me sentir grippé, je prends ça de mon propre chef“, cela, en aucun cas. (...) Mais (son efficacité) n'est pas encore totalement prouvée et démontrée scientifiquement. Je pense aussi que les stocks de chloroquine et d'hydroxy-chloroquine, qui sont arrivés au Luxembourg, ont éventuellement été demandés par le gouvernement, pour être utilisés là où ils vont être utilisés: dans les hôpitaux et les centres de soins avancés, qui ont commencé à ouvrir, et pas pour que les gens se l'administrent chez eux de leur propre initiative, ce n'est pas dans l'intérêt de la Santé publique."