La déclaration de l'état de crise est une décision extraordinaire qui a pour but de donner au gouvernement la possibilité de mettre en place des mesures urgentes pour faire face à cette crise.

Le rapporteur du projet de loi Mars di Bartolomeo (LSAP) a demandé à ses collègues députés de voter en faveur de la prolongation de l'état de crise au Luxembourg. Il a présenté son rapport de la "plus grave crise qu'a connu le Luxembourg depuis la Deuxième guerre mondiale" à l'ensemble de la Chambre.

C'est dans une Chambre aux salles séparées en raison des mesures d'hygiène que tous les membres ont voté à l'unanimité en faveur du projet de loi.

De cette manière, un cadre réglementaire et juridique clair est défini en accord avec la constitution Luxembourgeoise: le champ d'action couvert par cet article se limite aux mesures qui ne peuvent être prises en temps utile via la procédure législative normale.

Il est important de rappeler que la Chambre peut à tout moment suspendre ou révoquer l'état de crise: le contrôle parlementaire est ainsi pleinement garanti.

Proclamation de l’État de crise

Après une séance extraordinaire du Conseil de gouvernement mardi matin, le Premier ministre et les Vice-Premier ministres ont eu un échange de vues avec la Conférence des Présidents de la Chambre des députés et le Bureau du Conseil d'État. En concertation étroite avec tous les partenaires institutionnels et avec l'accord du Grand-Duc, il a été décidé de préparer la déclaration de l'état de crise suivant l'article 32, paragraphe 4, de la Constitution.

Ainsi, le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, a annoncé son intention de déclarer l'état de crise sur le territoire national. Le projet de règlement grand-ducal déclarant l'état de crise et prévoyant des mesures urgentes au Conseil de gouvernement a été proclamé mercredi 18 mars.