Malgré la crise du coronavirus, le Planning familial essaye de garantir ses services en ayant recours au téléphone, à Skype et aux mails.

Il est particulièrement important que les personnes qui ont besoin d'aide parce qu'elles sont victimes de violences conjugales, puissent être aidées immédiatement. Pour ce faire, il y a l'adresse "Violence.lu". Dans une situation exceptionnelle comme celle-ci, le nombre de cas risque d'augmenter, a expliqué la présidente du Planning familial, Ainhoa Achutegui, dans une interview à RTL.

Le Planning familial a été fondé il y a plus de 50 ans sur le thème "famille heureuse". A partir de 1979, c'est "l'éducation sexuelle" qui a été mise en avant. L'an dernier, le Planning familial a une nouvelle fois modifié ses statuts pour s'adapter à l'actualité et se consacrer à la lutte contre les violences domestiques et à l'égalité entre les sexes, de même qu'à la défense de la liberté de la vie sentimentale et sexuelle de chacun. La présidente du Planning familial, Ainhoa Achutegui, a fourni quelques précisions sur le fonctionnement de ses services et de ses centres en ces temps de crise. Le Planning familial est un service médical, il n'est donc pas fermé et ne va pas l'être. Il est très important qu'il poursuive ses activités. Les services ont été adaptés à la situation. Les réunions, par exemple, sont organisées via Skype et les services psychologiques et sexologiques sont assurés par téléphone ou par Skype également.