Une plainte avait été déposée en avril 2019 contre un homme qui avait été détaché comme "agent chômage" au sein de la structure.

Les faits se sont produits entre février et avril 2019, environ 95.000 euros avaient été détournés des comptes de l'ADEM, l'Agence pour le développement de l'emploi. Trois hommes âgés entre 44 et 51 ans sont jugés dans cette affaire depuis jeudi matin au tribunal de Luxembourg-Ville.

Seul l'inculpé principal de 46 ans est jugé pour détournement par fonctionnaire public. C'est lorsqu'il s'occupait du paiement des indemnités de chômage que l'individu a trouvé une faille dans le système informatique de l'ADEM. Grâce à une manipulation, il a réussi à faire en sorte que l'argent arrive sur son propre compte au lieu de celui d'une cinquantaine de chômeurs.

Les deux autres inculpés avaient reçu de sa part la somme de 33.500 euros par virement bancaire avant de lui rendre une partie de l'argent.

Une chef de service de l'ADEM a expliqué en début de séance que l'affaire a éclaté au grand jour lorsque de l'argent viré à l'inculpé principal était revenu. Une enquête interne a été lancée et il s'est avéré que cette opération avait été effectuée à plusieurs reprises. Embauché en 2013, l'employé a été appelé par sa direction avant d'être renvoyé sur le champ après avoir reconnu les faits. La témoin a également souligné que ce genre d'opération n'était désormais plus possible après réparation de la faille informatique.

Un enquêteur de la police judiciaire a néanmoins souligné que l'individu avait signalé le problème à sa hiérarchie mais que rien n'avait été entrepris pour résoudre la faille.

La fin du procès est prévue pour le 3 mars prochain.