Ces dernières années, les banques ont dû s'adapter pour plusieurs raisons. Pour ce faire, elles ont mis en place des stratégies très différentes, qui ont abouti à des résultats très contrastés.

Ces dernières années, les banques ont dû s'adapter à cause des taux d'intérêt très bas, de l'incertitude économique, de réglementations supplémentaires et de la digitalisation. Tout cela a conduit les banques à adopter des stratégies très différentes, avec des résultats contrastés.

Depuis 2016, les banques ont dû faire avec des taux d'intérêt très faibles, qui ont fortement limité leurs revenus sur prêts. En revanche c'est très logiquement que "grâce à la hausse des volumes de prêts accordés, les banques de détail et les banques dépositaires des organismes de placement collectif ont malgré tout réussi à accroître fortement leur marge d’intérêt (respectivement +47% et +87% entre 2015 et 2018), contrairement aux autres banques", comme l'écrit le Statec dans son communiqué. Les banques privées qui gèrent les actifs, la fortune et le patrimoine de particuliers et de professionnels, ont beaucoup souffert.