C'est devenu une habitude: lorsque le gouvernement luxembourgeois annonce un budget pour les infrastructures, il finit souvent par le revoir à la hausse.

Le Luxembourg dépasse-t-il systématiquement les budgets alloués aux projets qu'il se propose de réaliser? C'est ce que semblent indiquer les chiffres. Quelle que soit l'infrastructure, le Grand-Duché semble effectivement avoir du mal à gérer ses dépenses.

Et quand on parle de dépassement budgétaire, il faut forcément parler de l'autoroute du Nord plus communément appelée Nordstrooss". Cette idée folle qui s'est concrétisée en 2015... 48 ans après la signature de l'accord de principe (1967). Un projet dont le budget n'a jamais cessé d'augmenter et qui continue aujourd'hui encore à peser sur le portefeuille des contribuables. Et pour cause: le budget de 370 millions d'euros initialement alloué à la construction de l'autoroute a fini par atteindre 655 millions d'euros. Un dépassement budgétaire de 78% comme le faisaient remarquer nos collègues de la télévision le mois dernier.

Quelques centaines de millions d'euros moins cher (mais toujours en dépassement budgétaire), on retrouve la construction de la Cour de Justice européenne au Kirchberg. Le budget initialement prévu s'élevait à 343 millions. Qu'à cela ne tienne, le bâtiment aura finalement coûté 410 millions d'euros (+20%). Rassurez-vous cependant, le gouvernement affirme percevoir un loyer de la Cour de Justice.

Toujours moins cher mais toujours bien au dessus de ce qui était prévu, on retrouve un autre projet routier: l'autoroute A13 que l'on appelle souvent "l'autoroute de la Sarre". Ici, le budget initial prévu était de 243 millions mais celui-ci n'a pas non plus été respecté. D'après nos informations, le budget a fini par dépasser les 326 millions d'euros, ce qui représente donc une augmentation de 34%. Un budget qui comprend une bretelle qui n'a jamais été ouverte aux automobilistes. 

Tournons nous maintenant vers les installations sportives du pays qui ont également beaucoup fait parler d'elles. À commencer par la rénovation de la Coque qui devait coûter 62 millions d'euros et qui a fini par dépasser les 100 millions d'euros. Puis le projet dont on parle le plus dans le monde du sport ces dernières années: le nouveau stade national.

Le budget initial pour la construction de celui-ci s'élevait à un peu plus de 60 millions d'euros. Un chiffre qui est d'ores et déjà passé à près de 80 millions d'euros. Et c'est sans parler du retard qu'a pris le chantier qui devait initialement être achevé... au mois de janvier 2019.

Et qu'en disent les représentants du gouvernement? Interviewé par nos collègues de la télévision, le ministre François Bausch a expliqué: " Avant la réforme de la loi budgétaire, on déposait des avants-projets sommaires. Cela signifie qu'aucun détail n'était étudié. Evidemment, on peut discuter du fait que ça ait été fait volontairement par les politiques de l'époque. Parce que lorsqu'on dépose une loi alors qu'on en est qu'au stade d'avant-projet sommaire on peut dire aux députés ou aux politiciens: ça coûtera 100 millions alors qu'en réalité ça va coûter 180 millions d'euros... La pilule passe mieux parce qu'on minimise les coûts que le projet en question peut représenter. Mais ça, ça ne marche plus aujourd'hui."

En effet, depuis la réforme de 1999, les ministères doivent déposer des avants-projets détaillés. Ce qui n'a pas empêché le budget du nouveau stade national d'exploser en 2019...