Au Grand-Duché, le marché de l'auto se porte bien... globalement! Car la motorisation diesel s'enfonce, tandis que la pollution des véhicules augmente, constate la Fedamo.

Bonne nouvelle, le marché automobile luxembourgeois, boosté par l'essor démographique et économique, a continué sa croissance en 2019: 55.000 nouveaux véhicules ont été immatriculés au Luxembourg, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2018.

Avec, sans surprise, Volkswagen (12% de part de marché), Mercedes (10%) et BMW (9%) sur le podium des marques les plus vendues, rapporte la Fedamo (Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité). Elle organisait ce lundi une conférence à l'occasion du prochain lancement du 56ème autofestival (du 25 au 3 février).

LE DIESEL EN CHUTE LIBRE

Premier constat, la vente de véhicules à essence, qui a dépassé en 2018 celle des diesel, enfonce le clou: en 2019, l’essence représentait 50,6% des nouvelles immatriculations (+7,9%), tandis que le diesel reculait à 41,9% (-7%).

Le Luxembourg reste, avec quelques rares autres pays, un des derniers bastions du diesel: partout ailleurs, il devient marginal et est combattu à coup de taxes et d’interdictions de circulations... Certains dénoncent cet acharnement contre un carburant qui conserve des atouts, comme cet expert qui estime que "le diesel n'est pas mort".

La Fedamo rappelle d'ailleurs que le "choix de la motorisation dépend de l’utilisation" : le moteur essence est préconisé pour les courts trajets urbains (-20.000 km max par an), tandis que le diesel est plus efficace pour les longs trajets (+20.000 km).

PLUS EFFICACES... MAIS PLUS POLLUANTS QUAND MÊME

Au Luxembourg en tout cas, les nouveaux véhicules vendus "sont plus efficaces que jamais", plaide la Fedamo. "Les moteurs à essence et diesel proposés sont conformes aux dernières normes d’émission Euro 6. Tandis qu’au niveau CO2, les motorisations diesel sont depuis toujours moins élevés, leurs émissions d’oxydes d’azote sont au même niveau de celles des moteurs à essence. Cela signifie que tous les types de moteurs à combustion sont à l’épreuve du temps pour les années à venir."

Mauvaise nouvelle, les émissions moyennes de C02 des voitures neuves continuent pourtant de grimper: + 1,3% en 2019, à 133,8 g CO2/km. Cela est dû notamment au boom des SUV et des 4x4. Les SUV représentent désormais 15% du parc roulant au Luxembourg, explique Marc Devillet de la Fedamo. Qui nuance: "la tendance est malgré tout vers une diminution du volume des SUV", comme les SUV urbain qui ne sont souvent que des berlines surélevées. Conscient que ces véhicules sont pointés du doigt, il se défend: "Nous, concessionnaires, on n'a pas à avoir la responsabilité d'interdire des véhicules."

UNE LENTE ÉLECTRIFICATION

En 2019, 986 véhicules 100% électriques ont été enregistrés, soit une hausse de 129,3% en un an! La progression des véhicules hybrides (2.245 unités, +106%) et hybrides rechargeables (913, +28%) est tout aussi spectaculaire.

Mais ces chiffres sont à relativiser, car le marché de la mobilité électrique est récent et débute pratiquement de zéro. Les hybrides représentent à peine 2% du parc roulant, et la part des véhicules électrifiés immatriculés en 2019 était seulement de 7,5%. Mais comme chaque constructeur s'y met et qu'on attend entre 80 et 200 nouveaux modèles électriques dans les prochaines années, ce marché va continuer à grignoter des parts de marché.