Depuis 2015, le "National Centre for Excellence in Research on Parkinson's Disease" existe au Luxembourg.

C'est un programme de recherche scientifique, pour lequel plusieurs partenaires des domaines de la médecine et de la science se sont réunis, afin de faciliter la compréhension de cette maladie neurologique dégénérative. Le Fonds National de la Recherche (FNR) a déjà investit 8,3 millions d'euros dans la l'étude liée à la maladie de Parkinson. En juillet 2019, un budget de 6 millions d'euros a été débloqué par le FNR pour entamer la seconde phase de la recherche.

800 patients atteints de syndromes de la maladie de Parkinson et le même nombre de personnes saines, venant du Luxembourg et de la Grande Région participent à l'étude. Un des sous-groupe qui participe à l'étude représente une mutation génétique qui affecte 5% des patients.

L'idée derrière ce travail scientifique, c'est de mieux comprendre le mécanisme et par conséquent de comprendre comment est déclenchée la maladie. Des médicaments seraient en développement pour corriger les troubles moteurs.

Chez une personne atteinte de Parkinson, les cellules nerveuses vieillissent plus vite. L'aide que procurent les médicaments est donc limitée, même si cela aide les patients à contrôler les symptômes. Les médecins désirent cependant aller plus loin que ça.

Une autre idée qui se cache derrière l'étude de la maladie, c'est de pouvoir intervenir avant même que les symptômes ne soient visibles. C'est pourquoi les chercheurs ont pour but d'inciter les personnes qui présentent un haut risque ou une prédisposition génétique de participer à l'étude.

Dans ce même contexte, un appel sera lancé aux personnes concernées, entre 55 et 75 ans, pour participer à l'étude.