En attendant les chiffres officiels du ministre des Transports, RTL.lu peut déjà assurer que 2019 aura été la moins meurtrière sur les routes.

Les chiffres officiels du ministère des Transports ne seront publiés que dans les mois à venir, mais d'après les statistiques établies par la rédaction de RTL online, l'année passée aurait été l'année moins meurtrière sur les routes que l'année record de 2017 où 25 morts étaient à déplorer.

L'Association Nationale des Victimes de la Route (AVR) estime cependant qu'on ne peut pas parler d'une année record car il reste encore beaucoup de travail à effectuer pour renforcer la sécurité sur les routes luxembourgeoises.

Pour l'association, les arbres au bord des routes restent un problème important. En jetant un coup d’œil sur nos articles, on lit en effet que beaucoup de titres concernaient des chocs contre des arbres: "choc frontal contre un arbre", "un motard fonce dans un arbre".

Le président de l'AVR, Raymond Schintgen, estime que cela fait 15 ans que l'association s'oppose à ce qu'il y ait des arbres aux bords de nos routes: "Nous dénombrons chaque année entre 8 et 10 morts des suites d'un choc contre un arbre en bord de route. Et nous ne parlons même pas des blessés. Soyons courageux et essayons de mettre en oeuvre tout ce qui est possible pour remédier au problème. On explique souvent que les arbres et la nature doivent être protégés, c'est bien beau, mais pourquoi continuer à planter des arbres au bord des routes alors qu'il y a des forêts dans les alentours?"

Raymond Schintgen précise que sur une route où la vitesse autorisée est de 70 km/h, les arbres devraient se situer à au moins 4 mètres de la route et pour une route limitée à 90 km/h, la distance de sécurité devrait être de 7 à 8 mètres.

RESTER VIGILANT

Malgré les bons chiffres de cette année et la tendance à voir le nombre de morts sur les routes diminuer, Raymond Schintgen reste prudent: "Depuis les chiffres de 2017, nous pensions que la tendance se confirmerait et que le nombre de morts sur nos routes continuerait à baisser. 2018 nous a démontré le contraire." En effet, en 2018, 38 personnes avaient perdu la vie sur nos routes.

D'après Raymond Schintgen, les raisons des accidents graves sur nos routes n'ont pas changé et, partant, ses revendications restent les mêmes. Concernant l'alcool, et les drogues, le président de l'AVR est pour une politique de tolérance zéro au volant.

Le problème qui persiste, c'est la vitesse. "Aussi longtemps que nous aurons des personnes qui ralentissent juste avant les radars pour ensuite accélérer à nouveau, il nous sera difficile de diminuer les chiffres. C'est ce qu'il faut faire comprendre aux automobilistes"

En ce qui concerne le téléphone au volant, Raymond Schintgen penche pour des sanctions plus importantes. Il serait d'accord avec le ministre des Transports, François Bausch, qui avait évoqué en mai dernier, l'idée d'interdire le fonctionnement de tout écran tactile dans les voitures en mouvement.

MIEUX POUR LES MOTOS AUSSI

D'après les statistiques de la rédaction de RTL online, les chiffres concernant les motocyclistes seraient également en baisse avec quatre morts en 2019 contre neuf en 2018 et sept en 2017. Jean-Pierre Kauffmann, ancien président de la Fédération Luxembourgeoise des Motocyclistes, se dit heureux de pouvoir constater une baisse.

Interrogé sur le sujet, Jean-Pierre Kauffmann a félicité le travail du ministre des Transports pour les efforts entrepris dernièrement, se basant sur un plan d'action de 50 pages pour la sécurité des motocyclistes, avec des mesures comme les doubles glissières de sécurités ou les passages piétons pavés...