En l'espace de quelques mois, la Cloche d'Or, le Royal Hamilius et Infinity Shopping ont ajouté plus de 100.000 m2 de surfaces commerciales à un pays déjà très bien fourni.

En 2016, la barre symbolique du million de mètres carrés dédiés au commerce au Luxembourg avait été franchie. Pourtant, les ouvertures se poursuivent au Luxembourg, comme dans toute la région: outre l'énorme Cloche d'Or (75.000 m2, 130 commerces), les dernières années ont vu arriver notamment les importants Muse à Metz (37.000 m2, 115 enseignes) ou B'Est à Farébersviller (55.000 m2, 100 commerces).

Avec les récentes livraisons, on atteint 1,2 million de mètres carrés, ce qui place le Grand-Duché en tête des 
pays européens pour les surfaces commerciales par habitant, devant la Belgique et l'Autriche, pays qu'il a récemment dépassés, avec 169 m2 pour 1.000 habitants. Comme toujours, les chiffres par habitant doivent être relativisés au regard des flux de frontaliers, mais le constat reste le même.

Nous avons recensé 33 centres commerciaux d'importance (plus de 5.000 m2) au Luxembourg et dans les environs que nous avons placés sur une carte. Pour chacun, nous indiquons la date d'ouverture, la surface commerciale, le nombre de commerces et l'enseigne alimentaire présente. 

Même à considérer une zone de chalandise de 1,7 millions d'habitants sur quatre pays - ce que vante la brochure de présentation du centre commercial Cloche d'Or, qui n'englobe d'ailleurs pas le nord du pays et la zone frontalière belge - cela fait beaucoup, beaucoup de centres commerciaux.

D'aucuns craignent la saturation commerciale. "La population continue de croître", tempère Nicolas Henckes, le directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce, "le paysage n’est pas encore saturé." Cependant, les livraisons "rapides et massives des derniers mois vont nécessiter des rééquilibrages. Il va y avoir des changements au niveau des parts de marché et une recomposition du paysage."

LA CLOCHE D'OR REDISTRIBUE LES CARTES

Parmi ces récentes ouvertures, le centre commercial de la Cloche d'Or et ses 75.000 m2 fait figure de mastodonte qui effraie autant qu'il enthousiasme. Un peu plus de six mois après son ouverture (le 28 mai 2019, mais l'inauguration officielle n'a eu lieu qu'en octobre), les promoteurs affichent un grand sourire. "Depuis le Black Friday et la période des fêtes, nous avons connu une très grande affluence", se réjouit Éric Mathieu, le Directeur Immobilier de Ceetrus Luxembourg.

Il estime que la phase de démarrage est une réussite: "Quand on compare l'installation d'autres centres commerciaux, on est très bien positionné." Pour le directeur, il est clair que l'avenir ne fera que renforcer la notoriété et la fréquentation de la Cloche d'Or. La fin des chantiers voisins, l'arrivée du tram (2023), la création de logements (on parle de 45.000 résidents en 2035) et les opérations de marketing et de publicité devraient, à terme, permettre d'atteindre les 10,2 millions de visiteurs annuels promis.

En attendant, certains commerçants serrent les dents: "On nous a vendu du rêve qui tarde à venir", soupire l'un, "il faut avoir les reins solides pour attendre les jours meilleurs", affirme un autre. "Il faut créer de nouvelles habitudes, laisser aux clients le temps de nous découvrir", tempère un magasin de baskets.

Globalement, les commerçants interrogés dressent le même constat: la fréquentation est très calme (trop calme) en semaine, meilleure le samedi, mais le centre est promis à un bel avenir. "On est un peu déçu, il y a beaucoup de promeneurs et peu d'acheteurs. Mais la réputation du centre ne se fait pas en un jour, c'est normal que ça prenne du temps à décoller", relate une vendeuse de cosmétique qui compare la Cloche d'Or au Kirchberg d'il y a 15 ou 20 ans.

"Des efforts ont été faits avec les heures de gratuité du parking (3h en semaine, 5h le samedi, ndlr), mais il nous faut plus de visibilité, notamment sur l'autoroute", complète une autre qui vend des bijoux.

Enfin, il y a encore des cellules vides, notamment au niveau de la restauration. Éric Mathieu annonce cependant l'ouverture "dans les semaines à venir" de trois nouvelles enseignes; Sushi Shop, Pokawa (des Poké Bowls hawaïens) et Beef House (viandes).

QUEL AVENIR POUR LES CENTRES COMMERCIAUX?

"Globalement, le commerce luxembourgeois souffre et doit se réinventer", estime Nicolas Henckes qui cite en vrac la concurrence de la vente en ligne, les problèmes de mobilité et d'accessibilité liés aux travaux, la concurrence des zones commerciales entre elles, notamment au niveau de la Grande-Région en raison de la disparité des salaires...

Il pense pourtant que "le commerce a de nouvelles cartes à jouer: apporter de la valeur, du service, du conseil et surtout de la différenciation." Ainsi, il constate un mouvement de balancier entre la réapparition de commerces de proximité (les supérettes de quartier, les mini-centres commerciaux de cinq à dix enseignes...) et le gigantisme des nouveaux espaces.

Le centre commercial de demain ne devra pas être seulement attractif sur les prix - où internet risque d'être toujours plus concurrentiel - mais sur l'expérience. "Cinéma, piscine, mur d'escalade, piste de kart, voire véritable parc d'attraction, jouxteront les centres commerciaux", imagine-t-il à l'image de ce qui existe déjà aux États-Unis. On n'est pas sûr d'avoir envie de voir ça.