L'affaire qui oppose Greenpeace au ministre est passée une deuxième fois devant le tribunal administratif lundi matin.

La représentante de l’État a insisté sur le fait que la fonction du ministre de la Sécurité sociale ne couvre pas la surveillance de l'environnement. En outre, Romain Schneider ne disposait pas des informations nécessaires pour répondre aux questions posées par Greenpeace en dernière minute, les autres questions étaient d'ailleurs trop vagues.

Quant à Me Penning, il a réitéré son accusation envers le ministre comme quoi sa fonction de responsable de la Sécurité sociale se doit de respecter l'Accord de Paris et que le Fonds de compensation commun au régime général de pension (FDC) devait être adapté.

L'organisation environnementale avait saisi le tribunal administratif après le refus du ministre de leur transmettre des informations concernant les investissements du Fonds de compensation.

Après la session de lundi matin, l'affaire sera envoyée en consultation. Un jugement est attendu pour mardi prochain.