Un nouveau centre de secours d'urgence doit être construit à Dudelange. La commune de Bettembourg est d'avis que leur proposition a été ignorée.

C'est un terrain situé dans la zone industrielle Riedgen 1 qui a été retenu pour construire le nouveau centre de secours d'urgence de Dudelange et de Bettembourg. Mais le bourgmestre de Bettembourg est d'avis que sa commune a été ignorée dans le choix de l'emplacement. Le CGDIS refute ces propos.

Le bourgmestre fait surtout écho à une mauvaise communication entre le CGDIS, le ministère de l'Intérieur et sa commune. Un terrain avait été proposé dans la zone industrielle Schéleck 2 au moment où Dudelange n'était pas encore entièrement d'accord sur les conditions des cinq terrains proposés l'année dernière.

Après plusieurs échanges, c'est seulement dans le courant de 2019 que la commune de Bettembourg a été informée que le CGDIS n'était pas intéressé par son terrain, une réponse qui n'est pas liée à une communication lente.

Selon Alain Becker, président du conseil d'administration du CGDIS, il s'agit clairement d'un projet qui existe depuis 10 ans à Dudelange et auquel la commune de Bettembourg s'est rajoutée il y a deux-trois ans. La proposition émanait clairement de Dudelange et, lors de sa création, le CGDIS l'a naturellement repris.

Ces projets sont souvent déjà bien avancés ou préparés, selon Alain Becker, et Dudelange avait déjà mandaté un bureau d'études ce qui facilite les préparatifs pour le CGDIS. Toujours selon lui, le site de Bettembourg présente davantage de risques à cause du trafic.

L'emplacement de Dudelange est stratégiquement placé au bord de deux autoroutes, ce qui facilite les interventions rapides, par exemple en cas d'accident.