La femme fraîchement nommée à la tête du syndicat n'a pas hésité à épingler les politiciens dès son premier discours.

Avec 97,5% des voix, Nora Back a été nommée en tant que première femme à la tête de l'OGBL. Elle s'est penchée sur la situation nationale et européenne dans son premier discours tenu lors du congrès ordinaire du syndicat. La nouvelle présidente mise sur la continuité pour les prochaines années en précisant que les choses doivent bouger.

Elle a déclaré qu'il s'agissait d'un "immense honneur" pour elle d'endosser le rôle de présidente du syndicat luxembourgeois.

A 40 ans, elle a exactement le même âge que le syndicat dont elle a repris la présidence vendredi soir. Quelques larmes ont coulé sur les joues de la femme forte et motivée pendant son discours d'environ une heure. Elle a notamment démontré qu'elle sait prendre les bonnes décisions quand il faut agir et qu'elle n'hésite pas à taper du poing sur la table quand une situation n'est pas acceptable.

Les priorités politiques du syndicat pour les prochaines cinq années sont variées: de l'enfance à l'emploi, jusqu'à la pension. Le fil rouge doit rester le même dans toutes les discussions: un État social fort. Une caisse de maladie performante, des soins de santé optimaux ainsi qu'un système de pension irréprochable. Un État social que le syndicat veut défendre en plus des salaires et des conditions de travail.

En matière de digitalisation du marché, l'OGBL souhaite continuer son combat pour chaque poste de travail qui serait menacé. Des formations rapides et préventives doivent être organisées au sein même des entreprises. De la réduction de temps de travail au télétravail, des sujets que le syndicat va continuer à analyser et soutenir.

Elle n'a pas peur d'attaquer les responsables politiques

Un discours de fond dans lequel Nora Back a directement voulu épingler le monde politique et répondre spontanément aux réactions dans la salle. Elle a notamment rappelé l'accord gouvernemental signé en 2014 qui stipulait que les allocations familiales devaient être adaptées à l'évolution des salaires et ce qui, selon elle, n'est plus le cas depuis 2006. Nora Back demande donc que cette situation soit normalisée et qu'une indexation des allocations familiales ne soit pas juste une promesse de campagne électorale.

Suite à l'annonce du nouvel impôt sur le CO2, l'OGBL demande au gouvernement de faire la part des choses entre un impôt socialement défendable et socialement soutenable. Nora Back souhaite des compensations rapides pour les petits et moyens revenus.