Non, l'argent ne fait pas le bonheur. Le Grand-Duché figure toujours parmi les pays les plus riches du monde, mais n’est que 139e sur 140 dans un indicateur britannique qui calcule le "bonheur durable" des pays. Décryptage.

Le think tank britannique New Economics Foundation prétend mesurer la capacité des pays à prodiguer "des vies heureuses et durables" à leur population. Il se base sur quatre critères pour calculer le "bonheur durable" des populations: l’empreinte écologique, l’espérance de vie, le degré d’inégalité des revenus et le taux de satisfaction de la population.

Et les résultats sont surprenants. Aucun pays occidental dans le top 10 de ce classement mondial. Plusieurs pays "pauvres" figurent aux meilleures places de cet indice. En tête, le Costa Rica devant le Mexique et la Colombie. Le premier pays occidental est la Norvège, en 12e position. Nos voisins arrivent loin derrière: la France est 44e, l’Allemagne 49e et la Belgique 87e.

Le Luxembourg fait figure de cancre à l’avant-dernière place, entre le Togo et le Tchad…Pourtant 16e sur 140 pour l’espérance de vie et le bien-être, le pays est plombé par son énorme empreinte écologique. La pire du monde selon le groupe de réflexion New Economics Foundation. Un nombre de véhicules et une consommation d’énergie par habitant parmi les plus élevés au monde. Si toute l’humanité vivait comme les Luxembourgeois il nous faudrait plus de neuf planètes Terre.

Mais cet indicateur, volontairement provocateur, a ses limites. Le classement montre l'efficacité relative avec laquelle les nations transforment la planète en ressources naturelles pour une vie heureuse de leurs citoyens. Donc le pays en tête du classement n'a pas les habitants les plus heureux, mais les habitants dont le bonheur coûte proportionnellement moins cher à la planète. Ainsi, Haïti est mieux classé que le Luxembourg!

Ses habitants vivent en moyenne 19 ans de moins que les Luxembourgeois, mais ne consomment que 0,6 "hectare global/par tête", contre 15,8 hectares pour l’habitant du Grand-Duché. À ce petit jeu, par rapport aux Luxembourgeois, même les Palestiniens, en 22e place de l'index, nagent dans le bonheur...durable!