Pour lutter contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, il faut connaître l'ampleur du problème.

Le harcèlement sexuel, qu'il soit verbal ou physique, est malheureusement un phénomène courant dans notre société. "Au Luxembourg, il n’existe pas d’étude détaillée ni de statistiques complètes sur le harcèlement sexuel au travail", regrette la députée Nancy Arendt (CSV) dans une question parlementaire.

Cependant, note-t-elle, l’employeur est tenu de prendre toutes les mesures de précaution nécessaires pour assurer la protection de la dignité de toute personne pendant la relation de travail.

C'est Dan Kersch en tant que ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale qui lui répond avec le chiffre de 17 cas de harcèlement sexuel au travail signalés à l'ITM (Inspection du travail et des mines).

Il ajoute que le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes a lancé une deuxième campagne de sensibilisation annuelle en septembre, autour du slogan "La violence fait mal, défends-toi, il y a de l'aide". Il s'agit là de prévenir et combattre toutes les formes de violence fondées sur le sexe: le harcèlement, la violence sexuelle ou le viol.

Il précise aussi que le site internet de l'ITM donne également beaucoup d’informations sur le sujet comme les obligations des employeurs à protéger les travailleurs du harcèlement sexuel. Les victimes d'abus sexuels sur le lieu de travail sont également informées en détail de leurs droits en vertu du Code du travail.

Cependant, le ministre ajoute que gouvernement n'a pas l'intention de créer un service d'assistance téléphonique pour répondre aux victimes de harcèlement sexuel.