Cette année, la croissance devrait atteindre 2,8%, mais un ralentissement devrait être perceptible dès l'an prochain, selon l'institut de statistiques.

Dans sa note de conjoncture présentée mardi, le Statec explique que l'économie mondiale va connaître un ralentissement parce qu'elle atteint les limites de ses capacités. Il faut ajouter à cela la guerre commerciale déclenchée par les Etats-Unis, précise le directeur du Statec, Serge Allegrezza.

"S'ils ne s'entendent pas, nous savons aussi qu'il est très probable que les bourses s'écroulent une nouvelle fois. Cela a un impact négatif, pas seulement sur la conjoncture mondiale, mais aussi au Luxembourg. Et depuis ce matin, nous savons également que de nouvelles sanctions ont été annoncées contre plusieurs pays de l'Union européenne, en plus de celles déjà en cours. Et tout cela génère de l'incertitude."

Ce ralentissement va entraîner un recul des recettes de l'Etat. Il reste toutefois de la marge pour des investissements et une réforme fiscale, mais les responsables politiques devront faire des choix.

Le ralentissement de la conjoncture l'an prochain se fera aussi ressentir sur le marché du travail, où le nombre de nouveaux emplois créés va diminuer, selon le Statec.

Les prévisions de croissance économique et de recettes avaient été fortement revues à la hausse en 2016. Mais la prévisibilité est actuellement meilleure que par le passé, selon le directeur du Statec. Serge Allegrezza précise que les chiffres seraient encore plus fiables si le Statec obtenait plus de données, principalement de la part de l'administration des Contributions.