C'est avec ce titre un peu provocant que la Chambre des Salariés donne son avis sur le budget de l'Etat. Comprendre: le Grand-Duché a les moyens de faire plus pour les plus démunis.

Comme la Chambre de Commerce, la Chambre des Salariés a présenté jeudi son avis sur le budget de l'Etat, un avis sous-titré "Le Luxembourg vit-il au-dessous de ses moyens?"

Dans son rapport, la CSL retient notamment que la pauvreté et les inégalités sont en augmentation dans le pays. Les salaires ont peu évolué depuis la crise, l'endettement des ménages est un des plus haut de l'Union européenne et le Luxembourg compte 5% de plus de "working poor" que la moyenne de la zone Euro (12,8% au Luxembourg contre 7,9% dans la zone Euro).

Sylvain Hoffmann, directeur de la Chambre des travailleurs, a souligné que, les associations (offices sociaux, Wanteraktioun, Stëmm vun der Strooss, Médecin du monde...) qui prennent en charge les personnes en difficulté voient le nombre de bénéficiaires potentiels augmenter régulièrement.

Un tiers de la population aurait ainsi du mal à joindre les deux bouts. "Plus de dépenses sociales s'imposent donc", selon le directeur qui indique que le poids des dépenses sociales dans le PIB ne sont que de 22,5% alors qu'elles grimpe jusqu'à 29,2 en Belgique et même 34,1 en France). Il martèle: "le Luxembourg peut faire mieux".

La CSL constate en outre que les bases du projet de budget ne correspondent pas aux trois priorités annoncées du gouvernement, à savoir la défense du climat, des investissements pour l'avenir et une amélioration de la vie quotidienne.

La Chambre des Salariés demande par exemple une adaptation des prestations familiales aux prix et aux salaires, une augmentation de l’allocation de vie chère qui accuse un retard de 19% (ou 250 EUR) sur l’inflation et plus largement, une réflexion approfondie sur l’aménagement du territoire par la prise en compte des réalités de la Grande Région

RTL

© Didier Weber