Les ministères luxembourgeois de l'Énergie et de l'Environnement ont envoyé cette semaine un courrier officiel à l'Autorité française de sûreté nucléaire.

Dans cette lettre adressée à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les ministres verts Dieschbourg et Turmes insistent par écrit sur le fait que la question de la gestion et du stockage des déchets nucléaires provenant de la centrale de Cattenom, n'est pas clarifiée et s'interrogent sur les capacités financières de l'opérateur EDF pour faire face au réexamen périodique qui doit permettre de vérifier la conformité de l'installation aux règles et d’actualiser l’appréciation des risques. Les ministres remettent également en question le manque de clarté sur l'impact de l'écoulement des eaux usées dans la Moselle et posent plus généralement la question de savoir si EDF ne devrait pas aussi consulter les pays voisins, à savoir le Luxembourg et l'Allemagne, pour toutes les changements en rapport avec la centrale.

Les autorités restent donc sur le constat que le gouvernement luxembourgeois dresse depuis longtemps: la centrale de Cattenom reste un réacteur à risques, dont la durée de vie ne doit pas être prolongée, et qui doit être fermé.

La centrale nucléaire controversée, qui est aussi décrite comme un réacteur sujet aux pannes, a été mise en service en 1986.