Cette augmentation est surtout sensible dans le monde du travail. Tel est le constat de la Commission consultative des Droits de l'Homme dans son deuxième rapport pour la Chambre des députés.

31 victimes ont été dénombrées entre 2017 et 2018, surtout des femmes et essentiellement originaires de pays tiers de l’Union européenne. En marge de la prostitution, la majorité des victimes étaient exploitées dans leur travail.

Passivité de l'ITM

Le président de la Commission consultative des Droits de l'Homme (CCDH), Gilbert Pregno, regrette que les recommandations du premier rapport aient été très peu mises en application. A l'Inspection du Travail et des Mines (ITM), il ne se serait rien passé; cette administration ne se sentirait pas concernée, constate la juriste de la CCDH, Anamarija Tunjic.

"A notre avis, l'ITM devrait jouer un rôle plus important dans la lutte contre la traite d'êtres humains au Luxembourg. A travers le contact quotidien avec les employeurs et les salariés, l'ITM pourrait jouer un rôle-clé, quand il s'agit de l'information, de la sensibilisation et surtout de la détection des victimes dans le monde du travail."

Réformer la loi sur les compétences de l'ITM

Mais selon Anamarija Tunjic, cela ne se passe pas ainsi dans la pratique: il n'y aurait pas d'approche proactive de la part de l'ITM. La juriste poursuit:

"Ces deux dernières années, il y a eu plus de 6.000 contrôles réalisés par l'ITM. Mais aucun de ces contrôles n'a visé la traite d'êtres humains."

Le CCDH propose donc que la loi sur les compétences de l'Inspection du Travail et des Mines soit réformée. L'Etat devrait alors évidemment augmenter ses effectifs. La Commission recommande aussi que la récolte de données statistiques sur le trafic d'êtres humains soit optimisée.

Des sanctions plus sévères

Par ailleurs, les sanctions devraient être plus radicales. Des amendes et quelques années de prison avec sursis n'effraient pas les trafiquants organisés. Ce seraient aussi des peines trop légères pour un crime tel que le trafic d'êtres humains.