Le gouvernement publiera en novembre une série de nouvelles règles permettant de standardiser la langue luxembourgeoise.

Le ministre de l'Éducation Claude Meisch a confirmé dans une réponse à une question parlementaire de Mars Di Bartolomeo (LSAP) qu'une mise à jour des règles orthographiques était en cours de développement au Centre pour la langue luxembourgeoise. Le ministre explique qu'il ne s'agit "pas d'une refonte" mais "d'une adaptation" qui doit compléter les réformes déjà mises en place.

"Comme toute langue vivante change et évolue sans cesse, il va sans dire qu’une orthographe doit pouvoir être adaptée" confirme le ministre. "Le fait de compléter, de clarifier et d'actualiser les règles orthographiques, avec certaines adaptations ponctuelles, confère donc à la langue luxembourgeoise un degré de standardisation plus prononcé tout en laissant une possibilité d'évolution dont a besoin un idiome aussi dynamique que le nôtre."

Cela comprend notamment des nouvelles règles visant à "combler les lacunes qui subsistaient jusqu’à présent et concernent la ponctuation, les abréviations, l’emploi des majuscules et des minuscules, l’écriture en un ou en plusieurs mots, ainsi que l’orthographe de mots étrangers intégrés dans la langue luxembourgeoise". Il s'agit également de clarifier certaines règles encore trop larges dont voici un aperçu:

  • Par exemple, le "h" d'allongement disparaît en graphie luxembourgeoise. Ausnahm (exception) devient Ausnam.
  • Le double "ee" sera "préconisé" face au "e" simple, ajoute le ministre. Pegel (niveau des eaux) ou Regel (règle) doivent alors être remplacés par Peegel et Reegel. 
  • Concernant les verbes importés qui se terminent en "-néieren", il faudra désormais les écrire avec un seul "n" et non deux. Et ce, peu importe l'orthographe du mot d'origine. Idem avec les adjectifs se terminant par "-(i)onell" (généralement issus du français).
  • Les suffixes n'auront plus d'influence sur l'écriture de la forme de base d'un mot. Par exemple: Märchen (conte) au lieu de Mäerchen; Titchen (sachet de friandises) à la place de Tiitchen.
  • La prononciation luxembourgeoise l'emporte sur l'écriture allemande, dans la mesure où un "e" précédera la lettre "r". Ici, des mots comme Bier, Buer, ieren et spueren sont concernés.
  • La règle du "N" modifiant la fin des mots sera légèrement assouplie. Ainsi, la commune de Lëntgen (Lintgen) pourra conserver son "n" dans la phrase "zu Lëntgen gëtt gebaut" ou le perdre "zu Lëntge gëtt gebaut". "Il s’agira par conséquent plutôt d’une règle de prononciation" précise le ministre.
  • Pour certains mots, "une graphie d'origine allemande et une graphie d'origine française seront considérées comme équivalentes. Pour d'autres, une graphie luxembourgeoise complètement intégrée sera la variante principale (p. ex. eeben, Geen, Hellseeër, Schantjen, Pawee) à côté de graphies d'origine allemande (eben, Gen, Hellseher) ou d’origine française (Chantier, Pavé), voire la seule variante retenue (p. ex. Faart, Kantin, Stamminee, Wallis), en fonction du degré de reconnaissance et d’identification d’un mot écrit avec sa graphie luxembourgeoise."

L'ensemble des nouvelles règles, qui ne concerneront qu'un "nombre restreint de mots" seront présentées "mi-novembre" et entreront en vigueur dès publication. Les règles actuelles seront toutefois maintenues jusqu'à la rentrée 2020 afin de ne pas chambouler les habitudes et connaissances déjà en place.