Sixième jour du procès de deux hommes poursuivis pour deux homicides en novembre 2016: la Cour est allée examiner la voiture dans laquelle les victimes ont été abattues.

Mercredi, l'enquêteur de la Police judiciaire a surtout fourni des informations sur des images de télésurveillance et sur des données téléphoniques en rapport avec les deux homicides.

Transport de justice

L'élément le plus intéressant de la journée a été un rendez-vous en fin de matinée auquel la presse n'était pas conviée: la voiture dans laquelle les deux victimes ont été abattues a été examinée à la fourrière judiciaire de la WSA.

Jeudi dernier, le rendez-vous avait été fixé à ce mercredi, parce que de nombreuses questions restaient ouvertes après les explications d'un expert. Les avocats des deux prévenus avaient déposé une demande, que les juges ont suivie.

Elément à charge du principal accusé

Maître Knaff, l'avocat du deuxième accusé, était satisfait après le déplacement de mercredi. Selon lui, il est à présent gravé dans le marbre que lors du premier meurtre, la victime était assise sur le siège passager et qu'elle a été abattue par la personne qui était à l'arrière et non par le conducteur. Maître Knaff y a vu un élément à charge du principal accusé et un élément à décharge de son client. Après le non-lieu de celui-ci dans le deuxième meurtre, c'était une journée positive pour le jeune homme.

"Je pense que cette journée d'aujourd'hui était importante en ce qui concerne le premier homicide, le dossier a été retourné dans la bonne direction", a expliqué Maître Knaff mercredi.

Maître Dobek, qui représentait Maître Rosario Grasso comme avocat de l'accusé principal, n'a pas souhaité faire de déclaration.

Alibi pour le deuxième homicide

L'enquêteur de la Police judiciaire a déclaré à propos du deuxième accusé, qui n'était pas présent à l'audience mercredi pour raison de santé, qu'une amie lui avait fourni un alibi pour le deuxième homicide. Un alibi qui avait été étayé par des images de vidéosurveillance de cette soirée-là, à la Gare et à une station-service. En ce qui concerne le deuxième meurtre, il était "quasiment impossible" que cet homme ait utilisé la voiture du principal accusé, comme ce dernier l'affirmait, selon l'enquêteur. Le principal accusé qui avait aussi écrit au deuxième sur WhatsApp quelques heures avant le premier homicide: "As-tu envie d'aller tuer quelqu'un, ou quelque-chose dans le genre?"

Le procès se poursuivra jeudi après-midi.