L'affaire dite de l'abri de jardin a aussi été au menu de la séance plénière de la Chambre jeudi matin, où elle a été l'objet d'une déclaration de la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg.

Le ministère de l'Environnement évacue 20% des dossiers pour autorisation en moins d'un mois, soit dans un délai analogue à celui du dossier de Roberto Traversini, a déclaré jeudi matin à la Chambre la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg. La demande de l'ex-bourgmestre de Differdange et collègue de parti de la ministre n'a pas été traitée de manière privilégiée.

Sur la base légale de la demande, il demeure des divergences entre le ministère et l'opposition parlementaire. C'est donc la juridiction compétente qui devra trancher. La ministre a par ailleurs affirmé que des recours contre des autorisations n'avaient rien d'extraordinaire.

Exposé virulent de Michel Wolter

Le député-maire CSV de Bascharage, Michel Wolter, reste d'avis que l'interprétation de la loi présentée par la ministre, est erronée et que l'autorisation est illégale. Il parle aussi de déclarations contradictoires de la ministre de l'Environnement et de ses employés.

Michel Wolter n'a pas compris non plus que le garde-forestier n'ait pas dénoncé les travaux d'envergure sur le terrain de Roberto Traversini, pour lesquels il n'y avait pas de permis.

Michel Wolter a parlé de photos qui prouveraient que Roberto Traversini a poursuivi les travaux sur son abri de jardin après que le garde-forestier ait fait remarquer qu'il avait besoin d'une autorisation. Il les transmettra jeudi après-midi au Parquet.

En tirer les conséquences politiques

Conclusion du CSV: la ministre de l'Environnement devrait tirer les mêmes conséquences politiques que Roberto Traversini.

Pour le député DP Max Hahn, il n'y a aucune preuve de favoritisme ni d'un comportement fautif de la ministre.

Le député LSAP Georges Engel a appelé le CSV et l'ADR à réfléchir à la proportionnalité de leurs réactions par rapport au dossier.

Pour sa part, le député ADR Fernand Kartheiser a déclaré que si les accusations de Michel Wolter se confirmaient, et il a peu de doute là-dessus, la ministre devrait démissionner.

Le député des Lénk, David Wagner, a répété qu'à son avis, la Chambre ne pouvait pas trancher dans cette affaire. A ses yeux, Carole Dieschbourg est une personne honnête.

Marc Goergen, du Parti pirate, a pour sa part demandé un débat plus large sur le favoritisme au Luxembourg. On ne peut exclure le favoritisme dans l'affaire de l'abri de jardin, mais il faudrait à présent réfléchir à quelles leçons tirer de cette affaire. S'il y a effectivement eu favoritisme, la ministre devrait s'excuser.