Les étudiants luxembourgeois organisaient leur troisième grande manifestation pour le climat ce vendredi dans la capitale.

Après les rassemblements du 15 mars et du 24 mai, les jeunes du Luxembourg sont retournés dans la rue pour manifester pour le climat. Le mouvement Youth For Climate Luxembourg a lancé un appel à la grève et au boycott des cours ce vendredi. Avec succès puisque plusieurs centaines d'étudiants ont suivi, bien que le nombre exact de participants reste incertain. Du côté des organisateurs, on revendique plus de 5.000 manifestants.

Partis de la gare pour rallier la Kinnekswiss, les jeunes ont marché pendant près de deux heures, marquant plusieurs fois le pas pour s'asseoir et occuper des secteurs stratégiques comme les carrefours de l'avenue de la Gare et du boulevard de la Pétrusse, ou de l'avenue de la Porte-Neuve et du boulevard Royal.

"On est plus chauds, que le climat", "Nous voulons une justice climatique""Et un, et deux, et trois degrés, c'est un crime contre l'humanité"... Les slogans ont résonné dans tout le cortège et tout au long de la manifestation.

Plusieurs nous ont confié la "nécessité de répondre présent" et de vouloir "changer les choses" quand "personne d'autre ne bouge". Et peu étaient nombreux à regretter d'avoir séché les cours, bien que le ministère a finalement reconnu comme valides les mots d'excuses écrits par leurs parents. "Mais pourquoi devrais-je apprendre des choses pour mon futur si je n'ai pas de futur?" nous confiait encore une jeune fille, un brin fataliste, une fois la marche finie.

La manifestation s'est conclue dans le parc municipal, qui a pris des airs de site de festival puisque Youth For Climate Luxembourg a vu les choses en grand et fait installer une scène, tantôt pour prendre la parole et enflammer la foule, tantôt pour laisser le micro à des artistes locaux. "C'est aussi une récompense pour ceux qui sont venus et qui ont manifesté" précise Thaïs Lasar, une des porte-paroles du mouvement. "Ça nous permet de faire passer nos messages et de réunir tout le monde."

Vendredi prochain, ils seront certainement encore nombreux à quitter l'école une seconde fois et rejoindre l'un des quatre cortèges qui sillonnera la capitale, à l'appel de la vingtaine d'associations, syndicats et ONG réunies dans la "coalition climatique".