De plus en plus de pays européens limitent les paiements en liquide. Le Luxembourg, qui est bien plus souple en la matière, ne doit pas s'inquiéter, répond Pierre Gramegna.

Le cash va-t-il disparaître au Luxembourg? Pour l'Union luxembourgeoise des consommateurs, l'UE a l'argent liquide dans le viseur. Ce qui inquiète également le député Alex Bodry (LSAP), qui constate "des velléités politiques au niveau européen visant à fixer des limites supérieures aux transactions en argent liquide" écrit-il dans une question parlementaire.

En effet, la plupart des États européens limitent le montant des paiements en espèces, comme on peut le voir sur cette carte réalisée par le centre européen des consommateurs:

Sur cette carte, on voit que le Luxembourg fait partie des rares pays européens qui n'imposent aucunes limites de paiement en espèces. / © centre européen des consommateurs

Par exemple, chez nos voisins français, La limite des paiements en espèces est de 1.000 € (pour les résidents fiscaux français et les  professionnels) et de 15.000 € pour les non résidents fiscaux français. Vous pouvez d'ailleurs trouver le détail, pays par pays, en cliquant sur ce lien.

"AUCUNE RAISON DE S'INQUIÉTER"

Dans sa réponse, le ministres des Finances Pierre Gramegna se veut rassurant: "Le Gouvernement estime que des initiatives visant à fixer des limites supplémentaires aux transactions en argent liquide ne sont pas opportunes à l'heure actuelle, que ce soit au niveau national ou au niveau européen".

Fin août, la Commission européenne a d'ailleurs précisé qu'elle n'avait pas l'intention "de proposer le plafonnement des paiements en espèces." Elle a précisé en outre que "Les consommateurs luxembourgeois n'ont aucune raison de s'inquiéter. La Commission a examiné l'utilité de limiter les paiements en espèces de très grande valeur afin de lutter contre le financement du terrorisme." Et elle a conclu en juin 2018 "que des restrictions concernant les espèces ne remédieraient pas de manière significative au problème du financement du terrorisme. Elle n'a donc fait aucune proposition législative, et aucune autre initiative n'a été envisagée depuis."