C'est ce que l'on apprend d'une réponse d’Étienne Schneider, ministre de l’Économie à une question parlementaire.

Depuis quelques années, l'engagement du Luxembourg s'est véritablement intensifié dans le domaine spatial. Un nouveau secteur économique est en train d'être créé et en même temps, les autorités souhaitent activement participer aux préparations des différentes réglementations internationales liées aux activités dans l'espace.

50 millions d'euros seront investis dans la recherche, selon les propos du ministre de l’Économie Étienne Schneider. Jusqu'en novembre, le Grand-Duché participe à un groupe de travail dont le but est de définir les bases d'un cadre légal propre aux recherches de nouvelles ressources spatiales qui seront utilisées à des fins pacifiques.

Huit accords de coopération ont été signés avec d'autres pays depuis 2016 afin de partager connaissances et découvertes réalisées dans le cadre de la recherche spatiale. Le Portugal, les Émirats Arabes Unis les USA ou encore la Belgique font partie des partenaires du Luxembourg et la liste devrait encore s'agrandir.

800 personnes travaillent actuellement au sein d'une cinquantaine d'entreprises qui sont en étroite collaboration avec l’État luxembourgeois. En ce qui concerne la recherche et l'évolution dans l'industrie, le Gouvernement a choisi de travailler avec dix entreprises, dont les travaux ne sont pas rendus publics, afin de ne pas nuire à leurs recherches. Les dix projets seront soutenus par un financement d'environ 50 millions d'euros.

La recherche spatiale est également soutenue par l'Université du Luxembourg où environ 50 projets sont soutenus par 70 personnes. La rentrée 2019 verra également l'arrivée d'un nouveau master de deux ans. 107 candidats s'étaient inscrits au nouveau "Interdisciplinary Space Master". Pour la première promotion, seulement 20 élèves ont été sélectionnés. Un stage auprès d'une entreprise luxembourgeoise fait partie du cursus afin de garder les personnes spécialisées au Grand-Duché après leurs études.