Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn a confirmé la nouvelle à nos collègues de RTL.

Le Luxembourg, la France, l'Allemagne, la Roumanie, le Portugal et l'Espagne sont prêts à respecter leurs engagements européens en matière d'accueil de migrants. Jean Asselborn critique le fait que l'engagement soit basé sur le volontariat, il regrette qu'il s'agisse toujours des mêmes pays qui acceptent d'ouvrir leurs portes aux personnes dans le besoin et également toujours les mêmes États membres de l'UE qui refusent de coopérer.

© AFP

Entre-temps, la Commission européenne a également pris la parole et exige des solutions contraignantes pour encadrer l'accueil des personnes en quête de protection.

Une porte-parole à Bruxelles a dénoncé "une situation inacceptable dans laquelle des êtres humains sont coincés sur un bateau pendant des jours ou des semaines". Une situation qui prouve encore une fois que des solutions concrètes doivent être trouvées et appliquées de manière permanente par tous les États membres de l'UE.

Il faut permettre aux personnes sauvées en mer de pouvoir débarquer rapidement et de pouvoir bénéficier des soins nécessaires une fois sur la terre ferme.

Les migrants à bord de l'Open Arms s'y trouvent pour certains déjà depuis deux semaines. Le bateau se trouve à proximité des côtes italiennes et de l'île de Lampedusa.