A coup de projets immobilier, le Grand-Duché est-il en train de se transformer en un enfer de béton? Réponse ci-dessous.

La Cloche d'Or qui se lève tel un géant en béton, Hamilius qui se transforme en centre commercial, des projets immobiliers à tous les coins de rue et l'arrivée éventuelle d'un énorme centre de loisir à Junglinster. Tant de raisons qui font croire à tout un chacun que le Grand-Duché se transforme en plateforme bétonnée mais dans les faits, ce n'est pas tout à fait ça.

En effet, d'après les dernières données du Statec, les surfaces bâties représentent 9,7% du territoire luxembourgeois. Si cela situe le Grand-Duché dans la fourchette haute de l'Europe en termes de "sols artificiels", nos voisins belges, les Pays-Bas et l'île de Malte nous dépassent largement.

Ce qui occupe la plus grande partie du territoire grand-ducal sont, encore et toujours, les surfaces agricoles et sylvicoles (exploitations des forêts). En 2018, elles représentaient pas moins de 85,2% de la surface totale du Luxembourg. Une valeur qui est restée relativement stable depuis 2010 (-0,5%).

RTL

Une exploitation agricole prise en photo à Mamer dans l'ouest du Luxembourg / © Unsplash/ Johny Goerend

Vous me direz: et les forêts dans tout ça? Et bien, contrairement à ce que l'on pourrait penser, depuis l'an 2000, la surface totale des forêts du pays a augmenté. Le taux de boisement est passé de 33,9 à 34,8% en 10 ans. Les forêts représentent donc (toujours) plus d'un tiers de la surface totale du pays. Cela place le Luxembourg bien en dessous de la Finlande avec ses 68% de "terres boisées" mais également bien au dessus de la Belgique (24,7%) et de la France (30,1%).

En somme, si le Luxembourg se trouve bien au dessus de la moyenne européenne en termes de "sols artificiels" (4,2%) et en dessous en termes de "terres boisées" (37,7%), le constat n'est pas alarmant pour autant. Ce sont, de très loin, les surfaces agricoles et sylvicoles qui occupent le plus d'espace au Grand-Duché.

LES ROUTES PRENNENT DE LA PLACE

Si l'on se fie aux dernières données publiées par le Statec, les routes et les chemins de fer recouvrent 4,5% de la surface totale du territoire luxembourgeois.

Autant dire que ça prend de la place. Cela représente un peu moins de la moitié de la surface bâtie du pays et beaucoup plus que les surfaces industrielles recensées au Luxembourg (3%).

Alors doit-on plutôt s'inquiéter de la place que prennent les routes au Grand-Duché? Nous vous laissons le soin d'y répondre.