Le directeur de l'Administration des chemins de fer luxembourgeois Marc Oestreicher nous a accordé une interview dans laquelle il revient sur la future interdiction de circulation des trains non-équipés de l'ETCS au Luxembourg.

Au 1er janvier 2020, plus aucun train non-équipé du nouveau système de sécurité européen ETCS ne pourra circuler au Grand-Duché. Une décision annoncée dans le courant de l'année par le Luxembourg et qui va poser de nombreux soucis aux voyageurs frontaliers, notamment français.

Du côté de la SNCF, le problème est simple: impossible de mettre aux normes toutes ses rames à cette date. Seule la moitié seront équipées pour 2020, les 12 autres arriveront au compte-goutte jusqu'en juin. Un calendrier accéléré sous la pression du Luxembourg puisque la SNCF avait initialement prévu de terminer ses modifications de rames un an plus tard, à l'été 2021.

L'ACCIDENT DE DUDELANGE A CHANGÉ LA DONNE

Le directeur de l'Administration des chemins fer luxembourgeois, Marc Oestreicher, ne voit pas d'un même œil cette évolution du calendrier. Il rappelle que l'autorisation de circulation sans ETCS avait initialement cours jusqu'en juillet 2017, un accord qui avait été passé lors de l'arrivée du TGV au Luxembourg.

À l'approche de l'échéance, certaines entreprises ferroviaires - notamment la SNCF, qu'il ne cite pas directement - savaient qu'elles ne seraient pas dans les temps et voulaient obtenir une dérogation de plusieurs années. "Nous étions prêts à accepter le report, à contrecœur, mais nous y étions prêt. Nous leur avions demandé de nous présenter un planning contraignant, afin de savoir pour quand ils pourraient être prêts." C'est là qu'intervint l'accident ferroviaire de Dudelange, le 14 février 2017, dans lequel un machiniste luxembourgeois a perdu la vie après que deux trains soient entrés en collision.

"Le rapport provisoire de l'enquête technique a démontré que la collision était due à une double cause: une erreur humaine du conducteur et une défaillance du système Memor II+ (qui équipait les trains luxembourgeois avant l'ETCS, ndlr). On devait réagir, assure le directeur de l'ACF. Mais on ne pouvait ni interdire les trains non-ETCS du jour au lendemain, ni patienter jusqu'en 2021. Surtout que le rapport de l'Administration des enquêtes techniques nous recommandait, entre autres, d'accélérer le passage à l'ETCS. Plusieurs facteurs nous ont décidé à finalement limiter l'autorisation de circulation au 31 décembre 2019."

La suite est connue: seule la moitié des trains français seront prêts à cette date. Avec pour conséquence d'obliger 12.000 frontaliers à prendre une correspondance à Thionville, pour passer d'un train non-ETCS à un train ETCS pour aller au Luxembourg. La SNCF planche actuellement sur un plan de transport adapté et pourrait parvenir à un service quasi-normal au début du 2e trimestre 2020.

Le planning de mise aux normes des rames SNCF sera complété en juin 2020. / © Corest Sillon Lorraine Nord

POURQUOI NE PAS FAIRE UNE EXCEPTION DE QUELQUES MOIS?

Chez certains voyageurs, y compris à la SNCF, l'idée d'une courte dérogation, une tolérance de quelques mois, a fait son chemin. Sans effet sur le Luxembourg, qui est resté inflexible.

Le directeur de l'ACF motive son refus par le fonctionnement du système Memor II+, qui est un système d'aide à la conduite. "S'il y a une dérogation et qu'un accident survient, ça nous retombe dessus. Mais notre boulot, c'est de maintenir le niveau de sécurité", argumente Mr Oestreicher pour clore le débat.

LE PROBLÈME DU FRET

Une chose est sûre, la décision de l'ACF s'applique à tous les trains non-équipés de l'ETCS. Qu'ils soient voyageurs ou marchandises. Le cas de ces derniers a d'ailleurs déclenché un tollé chez les voyageurs, notamment après la parution d'un article du Républicain Lorrain avançant que le fret pourrait recevoir une dérogation pour circuler au Luxembourg.

Là encore, Marc Oestreicher souhaite clarifier la situation: "On ne peut pas donner une dérogation à certains trains et pas à d'autres, précise-t-il. Nous n'avons jamais fait la différence entre un train de fret et un de voyageurs. Si un train de voyageurs ou de fret est équipé en ETCS, pas de problème, il pourra circuler normalement. Mais sans ETCS, nos analyses nous ont confirmé que les points qui présentent des risques sont les noeuds ferroviaires. C'est le cas des gares de Luxembourg-ville et de Bettembourg-voyageurs. Les entreprises de fret ont fait une demande pour l'ensemble du réseau, nous l'avons refusée, confirme-t-il. Une analyse de risques réalisée par un bureau suisse a été menée et nous avons conclu qu'il était possible de maintenir, avec un certain nombre de conditions supplémentaires, un trafic Memor II+, fret et voyageurs, sur une ligne qui ne passe par aucun noeud. C'est le cas du tronçon qui relie Rodange, Pétange, Esch-sur-Alzette et Bettembourg-frontières."

L'ACF a donc listé plusieurs conditions (davantage de contrôles de sécurité, limitation des conducteurs, pas de transit...) pour l'utilisation de cette ligne, qui évite la gare voyageurs de Bettembourg. Le 10 juillet, aucune demande de dérogation n'était encore arrivée sur le bureau de Marc Oestreicher.