Le djihadiste d'origine portugaise a accordé une interview à une chaîne kurde. Nous l'avons traduite pour vous.

Le djihadiste qui a vécu au Luxembourg est actuellement retenu dans un camp en Syrie. Il a accordé une interview à une chaîne de télévision kurde dans laquelle il exprime ses regrets et assure qu'il n'a jamais été envoyé au combat.

Il donne des détails sur sa vie au sein de Daech et admet avoir contacté sa mère à plusieurs reprises avant de fuir le groupe terroriste avec sa femme, avec laquelle il admet ne plus avoir eu de contact depuis leur fuite.

L'homme, d'origine portugaise, souhaite revenir et purger sa peine au Luxembourg: "J'ai fait une erreur, je suis prêt à aller en prison."

Le Parquet de Luxembourg a confirmé qu'il s'agissait bien d'une vidéo de Steve Duarte.

Nous avons traduit, aussi bien que possible, les propos qu'il a tenu en face des caméras. Consultez l'interview intégrale ci-dessous.

L'INTERVIEW INTÉGRALE 

L'interview intégrale de Steve Duarte
An engem Interview mat der kurdescher Tëleeschaîne Rudaw seet e Lëtzebuerger IS-Kämpfer, héchstwahrscheinlech de Steve Duarte, hien hätt ee Feeler gemaach.

  • D'où venez-vous? Pourquoi êtes-vous en Syrie? 

Steve Duarte: Je viens du Luxembourg. A la base, j'étais venu en Syrie pour poursuivre des études religieuses dans une grande école de la péninsule arabe. Cependant, je ne remplissais pas les conditions pour être accepté. Je n'avais pas de diplôme et j'avais plus de 25 ans. C'est à ce moment que je suis entré en contact avec quelqu'un sur facebook à qui j'ai expliqué que je voulais apprendre les sciences religieuses et que c'était très compliqué de le faire dans mon pays. Je voulais également apprendre l'arabe. J'aurais pu le faire au Luxembourg mais ça aurait pris beaucoup de temps. C'est là qu'il m'a dit de venir en Syrie où il m'a assuré que tout, écoles et hôpitaux inclus, étaient disponibles.
 

  • Comment s'appelle la personne avec qui vous êtes entré en contact? 

Steve Duarte: Son nom était Abo Aqil.

  • Est-il un émir de Daech? 

Steve Duarte: Non, c'est une personne normale. Nous avons parlé de sujets banals tous les jours. Je lui ai dit, "ok, si il y a une école, je viendrai étudier pour obtenir un diplôme en sciences religieuses. A l'époque, je lisais énormément de livres à propos de la Syrie.

  • Comment êtes-vous venu jusqu'ici? Où avez-vous atterri? 

Steve Duarte: Je suis parti du Luxembourg pour arriver à Istanbul. J'ai fait un voyage en bus de 15 à 17h et je suis arrivé à Gaziantep. De là, un passeur m'a aidé à rallier Jarablus.

  • Dans quel camp es-tu resté en Syrie? 

Steve Duarte: Je suis resté à Jarablus pendant 17 jours sans rien voir. J'étais dans une base et je n'ai rien pu voir pendant ces 17 jours. Puis un homme est venu, a lu tous les noms, dont le mien. Il m'a dit que je devais me rendre dans un camp d'entraînement immédiatement. J'ai dit "oui, mais je suis venu pour aller à l'école". Il m'a répondu que je pourrais faire cela plus tard. Ensuite, je suis resté dans le camp pendant presque un mois.

  • Où était le camp? 

Steve Duarte: Il se trouvait entre Tabqa et Raqah. C'est tout ce que je sais. Je connaît le nom du camp. 

  • Quand ces événements se sont-ils déroulés? 

Steve Duarte: C'était en 2014, à la fin de l'année 2014.

  • Comment avez-vous réussi à sortir de Baghouz? 

Steve Duarte: Je suis parti avec le premier groupe. On a profité d'une trêve pour partir. Ma femme et moi voulions partir avant mais nous n'avions plus d'argent après avoir payé les passeurs. Quelqu'un avait payé et nous en avons profité pour partir.

  • Que faisiez-vous quand vous étiez parmi eux? 

Steve Duarte: Je ne faisais pas grand chose. Deux mois après le camp d'entraînement, ils ont voulu m'envoyer sur le front mais je leur ai dit que je ne voulais pas partir me battre. Ils m'ont répondu: "Ok, que sais-tu faire?" Je leur ai répondu que je voulais simplement apprendre les sciences religieuses, que c'est ce que je voulais depuis le début.

Un des administrateurs du camp m'a dit qu'il n'y avait pas d'école à ce moment là. Puis il m'a également demandé ce que je savais faire. Je lui ai dit que je pouvais prendre des photos et faire des vidéos. Il a accepté en m'indiquant que je rejoindrai la "section média". On m'a envoyé à Manbij et j'y suis resté pendant deux mois à travailler dans cette cellule. C'est là que j'ai eu des problèmes avec l'émir.

Par contre, j'ai vu des rapports. Il y avait une séparation entre le travail militaire et le travail médiatique. Je ne faisais que filmer des beaux endroits. C'est tout. Je leur ai dit tout de suite que je ne voulais pas me battre.

  • Avec l'Emir?  

Steve Duarte : Oui, l'émir. J'ai eu des problèmes avec lui puis j'ai quitté la zone parce qu'il m'a fait comprendre qu'il était insatisfait et déçu de moi. Il me restait 2.000 dollars. Je les ai utilisés pour manger et pour mes besoins et puis je dormais à la mosquée. J'ai également dormi une nuit à l'hôpital de Manbij où j'ai été touché.

  • Vous étiez marié? 

Steve Duarte: Non à cette époque je n'étais pas marié.

  • Que s'est-il passé ensuite? 

Steve Duarte: J'ai été touché par un éclat de balle à la colonne vertébrale. Je n'ai plus pu bouger pendant six mois. Ensuite, j'ai eu besoin de rééducation. Ils m'ont transféré au "bureau des blessés". C'est un bureau où ils vous donnent une carte qui vous donne droit à un revenu mensuel. Je suis resté là pendant six ou sept mois. Puis j'ai pu sortir.

Quand je travaillais dans la cellule média, l'Emir m'avait donné des papiers concernant un mariage. Je les ai toujours gardé avec moi. Puis quand je me suis remis de mes blessures, je suis parti à Raqqa et je me suis marié.

  • Où est votre femme, celle à laquelle vous vous êtes marié quand vous étiez avec Daech? 

Steve Duarte: Je ne sais pas. Je n'ai pas d'information la concernant. Tout ce que je sais, c'est qu'on est partis avec le premier groupe. Ensuite, les femmes et les hommes ont été séparés à Baghouz.

  • Combien d'enfants avez-vous? 

Steve Duarte: J'ai deux enfants. Mon fils est âgé de trois ans et ma fille est âgée de deux ans.

  • Quels sont les plus grands problèmes organisationnels dans Daech? 

Steve Duarte: Au début, tout était disponible. Comme vous le savez, il y avait du pétrole, de l'argent, de la nourriture et tout ça. A l'époque, il n'y avait aucun problème. Cependant, il y avait des dissidences concernant le mariage et les femmes. Des problèmes se sont présentés avec l'Emir à ce sujet. Par contre, nous n'avions aucun problème avec la nourriture ou d'autres choses de ce genre.

Ces problèmes ont commencé plus tard quand l'armée s'est attaquée à Daech. Les émirs ont peut-être eu peur et ont arrêté de distribuer de la nourriture. Le quotidien est devenu vraiment difficile, vous voyez ce que je veux dire? Ensuite les problèmes ont commencé entre les Muhajiren, les Irakiens et les Syriens. Ils ne se sont pas battus mais ils ont eu des soucis entre eux. Quand on manquait de nourriture et qu'un Irakien se présentait pour manger, les étrangers se plaignaient. Des histoires comme celles-ci. C'est pourquoi ils ont rencontré tant de problèmes.

  • Y-avait-il des Kurdes parmi les rangs de Daech? 

Steve Duarte: Personnellement, je n'ai fait la connaissance d'aucun Kurde sur place mais j'ai entendu des rumeurs comme quoi il y en avait parmi les rangs de Daech. Je n'en ai jamais rencontré un moi-même.

  • Aimeriez-vous revenir au Luxembourg? 

Steve Duarte: Bien sûr. Je veux revoir ma famille, reprendre le travail. Je ne veux pas retourner chez Daech. Je veux repartir au Luxembourg et commencer un nouveau travail. Vous me comprenez? Un tout nouveau travail. Revoir mes enfants, m'occuper d'eux et les voir grandir.

  • Voulez-vous toujours mettre en place les règles de la religion islamique ou voulez-vous revenir à la chrétienté comme par le passé?

Steve Duarte:  Je ne veux pas faire comme Daech mais je veux une nouvelle manière de penser. Je me suis converti à l'Islam mais quand je suis arrivé à Daech, je n'ai pas vu de bons comportements ou de bonnes valeurs morales. Je leur ai dit tout de suite que ce n'était pas bien ce qu'ils faisaient. Je sais maintenant ce qui se trouve dans le Coran et je sais ce que eux ils font. Il y a une grande différence. Je veux apprendre la religion islamique à ma femme et mes enfants mais pas comme Daech, comme dans le Coran.

  • D'où vient votre femme? 

Steve Duarte: Elle vient de France mais elle n'est pas française. Elle est d'origine africaine.

  • Avez-vous vu des otages kurdes? 

Steve Duarte: Je ne sais rien de tout ça. Tout ce qui touche à l'exécutif, à la sécurité ou aux grandes opérations, je ne sais rien. Le temps que j'ai passé avec Daech, je n'avais pas de carte. J'étais insouciant. Après, ils n'ont plus voulu me donner d'argent donc j'ai dû commencer à faire des affaires.

  • Êtes vous en contact avec votre famille au Luxembourg? 

Steve Duarte: J'ai parlé à ma mère mais la connexion internet était très mauvaise dans les zones contrôlées par Daech. Je n'ai pas vraiment eu le temps de prendre contact avec le Luxembourg. J'ai surtout parlé à ma mère pour qu'elle m'envoie de l'argent. Je voulais sortir ma femme et mes enfants de ces zones mais la connexion était très mauvaise et ma mère avait peur d'envoyer de l'argent à un groupe de criminels. Je lui ai dit que je savais que c'était illégal mais que c'était nécessaire. Elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas. Puis elle a entendu qu'il y avait une trêve entre la coalition kurde et Daech et m'en a informé.  Il y avait une discrimination à Baghouz. Ma mère m'a dit que je pouvais partir sans avoir à dépenser d'argent et elle m'a dit de me dépêcher et de partir. Je lui ai demandé comment elle savait ça et elle m'a dit qu'elle l'avait entendu aux nouvelles, de sources officielles.

Ensuite j'ai parlé à une personne de Daech qui m'a confirmé ces informations. Il m'a également dit qu'un groupe allait partir et que je pouvais me joindre à eux si j'inscrivais mon nom. Je ne l'ai pas fait mais je suis parti quand même en m'arrangeant pour que ma femme se joigne à moi.

  • Regrettez-vous vos actes? Accepterez-vous d'être jugé au Luxembourg? 

Steve Duarte: Oui. Je réfléchis à revenir au Luxembourg et à aller en prison là-bas. J'ai fait une erreur et cette erreur mérite une sanction. Je suis prêt à aller en prison.

  • Que voulez-vous faire maintenant? 

Steve Duarte: Ce que je veux? C'est sortir de prison, reprendre ma vie normale, m'occuper de mes enfants et apprendre la vie à mes enfants. Leur apprendre à faire la différence entre le bien et le mal, leur apprendre les bases de la religion et les empêcher de faire les mêmes erreurs que moi. Je veux une nouvelle vie, si Dieu le veut bien.