Dans les années 90, alors que l'euro n'avait pas encore été lancé, le gouvernement luxembourgeois de l'époque avait anticipé une crise monétaire et fait fabriquer une monnaie secrète: le franc luxembourgeois.

Mercredi, Jean-Claude Juncker a donné une conférence de presse au forum de la Banque centrale européenne à Sintra au Portugal, pour revenir sur le vingtième anniversaire de l'Union monétaire et le lancement de l'euro. Moment qu'il a choisi pour révéler une sacrée anecdote: la création, dans le plus grand secret, de 50 milliards de francs luxembourgeois durant les années 90.

Durant les années 1992-93, Jean-Claude Juncker n'était alors que ministre des Finances dans le gouvernement de Jacques Santer. Il était surtout plongé dans la crise du système monétaire européen, avec des déséquilibres entre les économies et les monnaies, très liées les unes aux autres mais limitées par ce système. Le franc luxembourgeois reposait alors sur le cours du franc belge.

Alors que les dirigeants négociaient les bases de l'euro, le risque de voir les pays quitter le système monétaire se faisait de plus en plus fort. Les pays s'accordèrent finalement pour s'accorder plus de latitude avec le système en passant le taux de marge de fluctuation des monnaies de 2,25% à 15%.

© Archives RTL

LE LUXEMBOURG VOULAIT "CACHER SES INTENTIONS"

Et le Luxembourg dans tout ça? Comme Juncker a dû l'admettre devant "une salle pleine de banques centrales", le Luxembourg avait, dans le plus grand secret, anticipé une crise et fait imprimer 50 milliards de francs luxembourgeois. "On a même apposé sur les billets le visage de la Grand-Duchesse Charlotte, morte en 1985, pour cacher le mieux possible nos intentions" a révélé l'ex-Premier ministre. "On s'était dit: personne ne va croire que nous lançons une nouvelle monnaie en Europe avec l'image de l'ancienne Grande Duchesse."

Une action de secours qui serait "impensable, irresponsable et téméraire" aujourd'hui. "Mais à l'époque, alors que notre monnaie nationale reposait sur celle de nos voisins, et face aux risques du marché, nous devions prévenir toutes les éventualités" a-t-il poursuivi. Un secret bien gardé, et seulement connu du Grand-Duc, du Premier ministre de l'époque, Jacques Santer et de Jean-Claude Juncker.

Des décennies plus tard, ce dernier dit "rejeter fermement ce genre de comportements". "Par chance", l'euro a été créé et le Luxembourg n'a jamais eu besoin d'utiliser ce nouveau franc. Quant aux 50 milliards, ils ont été cachés dans un dépôt de munitions jusqu'à l'introduction de l'euro, le 1er janvier 1999. Ils ont finalement été brûlés par l'armée luxembourgeoise. "Une performance majeure" a salué le futur ex-président de la Commission.

Si le temps avait fait oublier cette anecdote historique, nos archives montrent que ce sujet avait été traité par nos collègues de RTL Télé Lëtzebuerg le 23 janvier 2001, il y a dix-huit ans déjà.